Tesla a franchi le cap des 1 000 milliards de capitalisation boursière, ce lundi. Le constructeur de voitures électriques intègre un club très fermé, constitué uniquement de 4 autres sociétés américaines. Ce seuil a été atteint après une commande de la part de Hertz, une société de location de véhicules, de 100 000 Tesla Model 3. Ils devraient être livrés d’ici la fin 2022.

Tesla intègre un club très réduit

Apple, Amazon, Microsoft, et Alphabet (société mère de Google), sont les seules autres entreprises américaines à dépasser les 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière. Seul Facebook, aujourd’hui en deçà, a réussi à atteindre ce niveau plus vite que Tesla.

L’annonce de l’accord passé avec Hertz a fait grimper les actions du constructeur de plus de 13%, pour atteindre les 1045 dollars par action, ce lundi, avant de retomber légèrement à 1024 dollars en clôture de bourse. Cette nouvelle intervient après que la Tesla Model 3 soit devenue la voiture la plus vendue en Europe en septembre. La société a aussi annoncé un bénéfice trimestriel record la semaine dernière.

La commande de ces 100 000 véhicules devrait lui rapporter 4,2 milliards de dollars. Même s’il est courant que, lors d’achat de gros comme cela, une remise soit faite à l’acheteur, Elon Musk a assuré sur Twitter qu’aucun rabais ne sera appliqué à la commande de Hertz.

Il s’agirait également de la plus grosse commande de voitures électriques jamais effectuée. Les Model 3 seront livrées dans les 14 prochains mois, et seront disponibles essentiellement aux États-Unis et dans quelques pays d’Europe, dès le mois de novembre, a expliqué Hertz dans un communiqué. Le loueur de véhicules mobilise ainsi une grande partie de la capacité de production de l’entreprise d’Elon Musk. Après avoir livré près de 500 000 véhicules dans le monde en 2020, le constructeur se dit capable d’en livrer 900 000 en 2021.

Après la faillite, « le nouveau Hertz »

Il y a un an pourtant, Hertz a fait faillite. La pandémie de Covid-19 a entraîné un long arrêt des voyages d’affaires et du tourisme dans une bonne partie du globe. La location de véhicules, qui dépend énormément de ces secteurs, a donc été sous tension pendant plus d’un an.

L’entreprise centenaire s’est cependant vue reprise par les investisseurs de Knighthead Capital Management et de Certares Management, pour 6 milliards de dollars. Un investissement vite rentabilisé, puisque ce lundi, la valeur marchande de l’entreprise dépassait les 12,8 milliards de dollars. Il s’agit du plus gros investissement de Hertz, depuis sa faillite entre mai et juin 2020.

Des Tesla dans un garage Hertz

La commande de 100 000 Tesla Model 3 illustre le renouveau de Hertz, qui a pourtant fait faillite en 2020, et sa stratégie désormais centrée sur l’électrification de sa flotte. Photographie : Hertz.

Cet accord est d’autant plus une chance pour l’entreprise qu’elle envisage un retour sur le marché boursier, au Nasdaq, qu’elle a quitté en 2020. Ses ambitions peuvent cependant être contrariées par « des facteurs indépendants de la volonté de Hertz, tels que des pénuries de semi-conducteurs ou d'autres contraintes », a expliqué la société.

Cet accord et les efforts de Hertz pour se diriger vers une flotte majoritairement électrique, témoignent de l’importance croissante de ce type de véhicules dans le monde. « Le nouveau Hertz ouvrira la voie », s’est enorgueilli le PDG par intérim de la société, Mark Fields.

Un investissement dans l’ère du temps

La part des véhicules électriques, avec cette commande, va atteindre d’ici la fin 2022, les 20% de la flotte de location de l’entreprise. Elle se targue également d’avoir débuté l’introduction de véhicules électriques dans sa flotte dès 2011. De plus, le loueur de véhicules installera « des milliers de chargeurs » sur plusieurs de ses sites à travers le monde. Des chargeurs qui viendront s’ajouter aux plus de 25 000 superchargeurs de Tesla, disponibles pour la plupart aux États-Unis et en Europe. Les prestations des autres véhicules de Hertz ne s’appliqueront pas à ces nouvelles voitures, « Hertz offrira une expérience de location premium et différenciée pour les véhicules électriques Tesla ».

Hertz affiche désormais clairement sa stratégie d’électrification, qui espère que la quasi-totalité de ses véhicules seront rapidement électriques. Dans une interview, Mark Fields a déclaré que cette stratégie est aussi un moyen de démocratiser l’accès aux véhicules électriques, « les véhicules électriques sont désormais courants et nous commençons tout juste à constater une augmentation de la demande et de l'intérêt à l'échelle mondiale ». Malgré un énorme investissement, cet accord peut vite se révéler rentable. Les voitures électriques sont de plus en plus plébiscitées, et nul doute que celles de Hertz trouveront leur public. Surtout, les Tesla, en tant que véhicules électriques, sont moins chères à entretenir. Elles ne perdent aussi que peu de valeur lors de la revente.

Enfin, la commande de Hertz est une bonne nouvelle dans l’actualité clairsemée de l’entreprise de Palo Alto. Le constructeur, régulièrement pointé du doigt pour des failles dans son autopilot, est sous le coup d’une enquête. Menée par les autorités fédérales américaines sur son autopilot, elle est liée à douze accidents impliquant des Tesla en conduite autonome.