Un problème s’ajoute à la liste de Tesla, et cela concerne une nouvelle fois l’Autopilot. En Chine, l’entreprise est contrainte de rappeler 285 000 véhicules après qu’une enquête ait démontré que le logiciel de conduite assistée pouvait “provoquer des collisions”, a indiqué le gouvernement du pays. L’annonce du rappel a fait chuter de près de 8% l’action de la firme à Wall Street le vendredi qui a suivi.

285 000 véhicules rappelés

Après une investigation, il s’est avéré que sur certaines voitures Tesla, l’Autopilot était trop facile à activer lors de la conduite, ce qui pouvait provoquer des accidents. "Cela peut provoquer une augmentation subite de la vitesse, et, dans des cas extrêmes, une collision", ont expliqué les autorités dans leur rapport.

Parmi les véhicules rappelés, des modèles 3 et Y, importés ou fabriqués en Chine. Étant donné que les risques sont associés à l’Autopilot, les détenteurs de Tesla n’auront rien à faire, et rien à débourser. Ils seront contactés par l’entreprise, qui corrigera le problème en déployant une mise à jour logicielle, bien qu’elle nomme ceci un “rappel”.

Les véhicules Tesla auraient-ils mauvaise presse en Chine ?

Représentant un quart des recettes de Tesla au second trimestre 2020, la Chine a toujours été au cœur de la stratégie de la firme. Or, elle pourrait ne plus l’être pour longtemps. En effet, ce rappel fait suite à plusieurs problèmes entre la société et le pays. Parmi eux, les caméras utilisées dans les véhicules. Selon la Chine, elles permettraient de capturer des images et de les envoyer aux autorités américaines. Par mesure de précaution, il a été demandé aux militaires et aux employés du gouvernement de ne pas acheter de voitures Tesla, et de ne plus en utiliser.

Elon Musk s’est empressé de nier les allégations, mais ses efforts n’ont pas suffi à faire remonter les ventes. Entre avril et mai 2021, les commandes de Tesla dans le pays ont diminué de moitié. Également, l’entreprise fait face à deux nombreuses plaintes de la part de ses clients chinois sur les réseaux sociaux. En cause, des problèmes de qualité et de service.

Néanmoins, l’annonce d’ouverture d’un data center Tesla à Shanghai pourrait être signe d’une reprise. Contrainte de se plier aux lois du pays, l’entreprise continue de miser sur l’Empire du Milieu, tout en espérant voir le nombre de ventes remonter.