Le 9 juin 2021, au Japon, le plus gros opérateur du pays, NTT, a indiqué que les salaires de ses dirigeants seraient revus à la baisse pour les trois prochains mois. En cause, de nombreux repas avec des membres du gouvernement avec une note pouvant aller jusqu’à 500 dollars par personne, dont l’entreprise aurait pu tirer profit.

Une réduction de salaire de 40% pour le président de NTT

NTT, premier opérateur du Japon, appartient partiellement au gouvernement du pays. Il n’est donc pas surprenant que des rencontres soient organisées avec des fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur et de la Communication. Cela est totalement légal. Or, une enquête révèle qu’entre 2016 et 2019, 29 rencontres ont eu lieu entre ces fonctionnaires ainsi que le président et trois cadres de NTT, et ce, dans de luxueux restaurants. Lors de ces repas, l’entreprise payait, par ailleurs, une grande partie de la note.

Ces événements apparaissent seulement quelques semaines après que le Premier ministre, Yoshihide Suga, ait évoqué la possibilité de changement de réglementation, qui rendrait plus difficile de conserver le même numéro de téléphone tout en changeant d’opérateur. Ainsi, cette affaire a éveillé les spéculations des japonais et des médias, qui se sont interrogés sur les intentions de NTT quant à ce repas. En effet, tout laisse à penser qu’en payant ces dîners, l’entreprise essayait de tirer profit de la situation pour ne pas faire face aux nouvelles régulations.

Dans leur rapport, les enquêteurs de NTT ont indiqué que même si ces rencontres n’étaient pas illégales, elles ont incité les fonctionnaires à aller à l’encontre de leur code de déontologie - chose que les dirigeants de l’entreprise savaient. Ces derniers ont donc été accusés de “comportement inapproprié”.

En conséquence, Jun Sawada, président de NTT, verra son salaire baisser de 40% à partir de juillet, et ce, pour trois mois. De son côté, Akira Shimada, vice-président, verra le sien diminuer de 20% pour la même durée.

D’après l’enquête, aucune décision prise par les fonctionnaires du Ministère n’aurait été influencée par les dîners coûteux payés par NTT. De son côté, l’entreprise a assuré qu’elle ne laisserait plus ce type d’événements se reproduire.