Cela fait un certain temps que Twitter serre la vis face à la désinformation sur sa plateforme. Après avoir lancé Birdwatch en début d’année, le réseau social a décidé d’introduire un nouveau système afin de sanctionner les personnes partageant de fausses informations autour des vaccins contre la Covid-19.

Les infox de plus en plus prises au sérieux par Twitter

Cela n’est pas nouveau, Twitter est un nid à réactions pouvant rapidement permettre de partager des informations erronées et mensongères. Afin de pallier la désinformation autour des vaccins contre le virus de la Covid-19, le réseau social de Jack Dorsey a annoncé le 1er mars 2021 dans un billet de blog être en train de supprimer des milliers de tweets sur le sujet. De plus, 11,5 millions de comptes seraient en cours d’examen.

À l’instar des posts controversés de Donald Trump lors des élections présidentielles américaines, et même après, Twitter a instauré la mise en place d’étiquettes explicatives sous les tweets divulguant de fausses informations. Cette fois-ci elles seront liées aux vaccins. La mention « Ce tweet pourrait contenir des informations trompeuses sur les vaccins destinés à lutter contre la Covid-19 » devrait ainsi apparaître dès lors qu’il est identifié comme tel. Pour le moment, seuls les tweets en anglais sont concernés par ce nouveau système de fact-checking.

Une étiquette sera présentée aux utilisateurs de Twitter en cas de consultation d'un tweet relayant de fausses informations sur les vaccins contre le coronavirus

En cas de consultation d'un tweet relayant de fausses informations sur les vaccins contre le coronavirus sur Twitter, le réseau social présentera une étiquette, et une alerte en cas de repartage. Image : Twitter.

Des sanctions pour les personnes partageant de fausses informations

Outre le fait d’afficher un bandeau informant de la non-véracité des propos partagés par certaines personnes, Twitter va sanctionner les utilisateurs relayant des infox de façon répétée. Dans un premier temps, le réseau social souhaite être clément et enverra simplement une notification lorsqu’une personne publiera une première fausse information. Un bannissement de 12 heures sera ensuite statué en cas de deuxième et troisième récidive. Lorsqu’un quatrième tweet mensonger est partagé sur la plateforme, il sera alors banni 7 jours. Enfin, si l’utilisateur continue malgré tout de propager de fausses informations, il sera alors banni définitivement.

Twitter précise tout de même « Comme toujours, si vous pensez que votre compte a été verrouillé ou suspendu par erreur, vous pouvez initier un recours. »