Dans un discours solennel prononcée le 16 septembre 2020 par la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, elle a détaillé le plan mettant le numérique au cœur de la relance économique européenne suite à la crise du coronavirus.

À l’heure où les tensions avec Pékin monte, où la grogne des États-Unis à l’encontre de la Chine ne se dissipe pas, Ursula von der Leyen a apporté une réponse à la hauteur des enjeux : 150 milliards d’euros consacré aux projets numériques, soit 20% de l’enveloppe du plan de relance européen de 750 milliards d’euros. Ce plan a été baptisé Next Generation EU.

Dans la même catégorie

L’Union européenne veut largement investir dans les infrastructures, le partage des données industrielles, et l’accès d’ici 2030 au haut débit d’Internet puisque 40% des habitants des zones rurales n’ont toujours pas accès à une bonne connexion. Bruxelles veut aussi tabler sur l’intelligence artificielle en créant une « e-identité européenne sécurisée » permettant de protéger l’utilisation de ces données, tout en luttant contre l’injustice algorithmique. De plus, l’Europe veut améliorer l’agriculture de précision, les diagnostics médicaux, ou la conduite autonome sécurisée, et misera sur des nouveaux micro-processeurs plus puissants 100% européen.

L’Europe veut développer des espaces de données souverains sur une nouvelle plateforme de cloud : GAIA-X. L’objectif du Cloud européen est de mettre l’accent sur la protection des données des utilisateurs. Ce projet franco-allemand signé le 15 septembre a été créé par une association de 22 membres, et veut proposer une alternative aux géants américains et chinois. Le gouvernement allemand, quant à lui, a décrit cette plateforme comme étant la plus « importante aspiration numérique de toute une génération ».

Avec les périodes de confinements imposées à plus de la moitié de la planète, le numérique a connu une accélération sans précédent avec le télétravail, l’école à distance, la téléconsultation… Pour la présidente de la Commission européenne : « Il n’y a jamais eu de meilleur moment pour investir dans des entreprises technologiques européennes dont les nouveaux centres numériques se développent partout, de Sofia à Katowice, en passant par Lisbonne. Nous avons les personnes, les idées et la force en tant qu’Union pour réussir. Et c’est pourquoi nous investirons 20% de la Next Generation EU dans le digital. Nous voulons montrer la voie, la voie européenne, vers l’ère numérique : sur la base de nos valeurs, de notre force, de nos ambitions mondiales ».

L’Europe veut devenir une puissance en matière numérique et “l’urgence n’est que plus grande, lorsqu’une pandémie condamne des pays entiers au télétravail”. Les ambitions de Bruxelles devraient ravir Emmanuel Macron qui a affirmé que la France déploiera la 5G dès la fin du mois.