Comme chaque année, la saison des incendies fait des ravages aux Etats-Unis. C’est le cas en Californie plus particulièrement, où le gouverneur vient de lancer un appel à l’aide alors que plus de 700 000 hectares de terres sont parties en fumée. Si l’on attend de l’État fédéral qu’il fournisse des moyens humains et financiers dans les luttes contre ces feux incontrôlés, Google vient d’annoncer via un post sur son blog son soutien technologique. Vendredi 21 août, la société a ainsi dévoilé son intention de mettre en place ce qui peut être décrit comme un réseau de cartographie des feux de forêt.

Le fonctionnement est simple et intuitif. En utilisant Google Search pour rechercher des questions sur un incendie, vous obtiendrez une carte en temps réel indiquant les limites de l’endroit où ce feu fait rage. Les personnes qui ont installé Google Maps sur leur téléphone pourront recevoir des alertes pratiques leur indiquant si elles se trouvent un peu trop près d’un incendie en cours, et leur indiquant les chemins potentiellement plus sûrs pour se rendre à leur destination.

Google en immersion terrain pour comprendre les besoins

« Nos utilisateurs ont du mal à savoir ce qui se passe pendant ces grands incendies. L’une des premières choses que nous avons faites a été d’aller parler aux premiers intervenants et aux utilisateurs concernés pour mieux comprendre leur expérience de l’événement. Nous avons appris que les informations étaient fragmentées et difficiles à obtenir. Une grande partie de l’information n’était pas fiable. Nous avons vu qu’il était possible de faire beaucoup plus » indique Pete Giencke, Senior Product Manager chez Google, dans une vidéo sortie par l’entreprise pour l’occasion.

Ces nouvelles fonctionnalités sortent après des mois de collaboration entre les équipes de Google et le Cal OES (California Governor’s Office of Emergency Service). En passant du temps sur le terrain avec les pompiers, les autorités locales, et les personnes habitants dans les zones à risque, les équipes projet de Google ont réussi à mettre au point ce système d’alerte en temps réel. L’utilisation du pouvoir des données satellites sera critique pour retranscrire les informations terrains en un temps record auprès du grand public et des autorités compétentes.

Le projet de Google dans le lutte contre les incendies

Image : Google

Les résultats de recherche sur un incendie renverront à la fois des actualités de médias locaux, des tweets d’autorités locales, et des points de contacts en cas d’urgence. « Fournir des informations contextualisées et opportunes en période de crise aide les gens à prendre des décisions plus éclairées », précise Pete Giencke

Les incendies sont devenus 4 fois plus fréquents dans l’ouest des Etats-Unis depuis 1970. L’été 2020 est particulièrement ravageur, avec déjà 15 États confrontés à des feux hors de contrôle. Pour faire front face à la multiplication de ces épisodes de catastrophe naturelle, les acteurs de la tech se mobilisent. Microsoft et l’état américain viennent d’annoncer la création d’un consortium appelé First Five, qui a pour but la création de 10 à 30 outils dopés à l’intelligence artificielle pour lutter contre les catastrophes naturelles.

De nouvelles initiatives émergent dans la prévention contre les catastrophes naturelles

Dans la Silicon Valley, des start-ups se sont spécialisées dans le développement d’outils d’aide à la prévention des incendies. Deux startups de San Francisco, Aclima et Zonehaven, travaillent assidûment sur la technologie d’anticipation des incendies de forêt. Zonehaven utilise des capteurs et des analyses de données avancées, couplés à des rapports sur le terrain pour mettre au point une technologie permettant de rendre l’évacuation en cas d’incendie plus rapide et plus facile à mettre en œuvre. « Nous vous aidons à faire la planification avant l’incendie. Nous créons un processus d’évacuation de bout en bout, qui englobe la planification préalable et réflexion sur le quartier et également la façon dont les gens vont sortir », présente Charlie Crocker, CEO et co-fondateur de Zonehaven.

Aclima conçoit des capteurs de qualité de l’air pour protéger les habitants de la baie de San Francisco contre l’air toxique. Ces capteurs sont déjà déployés et utilisés à la fois pendant la saison des incendies et pour suivre les sources de pollution atmosphérique quotidiennes. Ils mesurent la qualité de l’air autour des villes, convertissent ces données pour identifier les zones présentant les pires niveaux et conseillent aux résidents de les éviter.

Là-encore, ces initiatives sont le fruit d’une étroite collaboration entre secteurs public et privé, les start-up s’étant rendues sur le terrain pour comprendre les besoins des autorités et des premiers secours. Des partenariats transversaux qui seront clés pour monter et coordonner des stratégies de réponses efficaces.

« Lorsque nous nous penchons sur des questions de crise ou d’autres problèmes humanitaires à grande échelle, il existe une opportunité de collaborer à l’échelle mondiale », conclut Yossi Matias, Vice Président Ingénierie chez Google.