Le ministère américain de l’Energie (DOE) a annoncé mardi 18 août, via un communiqué sur son site, le lancement d’un programme dédié à l’écologie. En s’associant notamment avec Microsoft, l’objectif est de développer des outils dopés à l’intelligence artificielle, afin d’aider à la prévention et la gestion des catastrophes naturelles.

Un consortium créé pour développer des outils à base d’IA pour la lutte contre les catastrophes naturelles

Le programme est chapeauté par un consortium créé pour l’occasion : le First Five. Le nom fait référence aux cruciales 5 premières minutes faisant suite à une catastrophe naturelle. Le temps de réponse des premiers secours, et la qualité des informations récoltées dans ce laps de temps sont déterminants pour l’ampleur des conséquences environnementales. Ce sera justement le coeur du projet de First Five, dont fait partie Microsoft. L’objectif est de construire entre 10 et 30 systèmes à base de technologie d’intelligence artificielle. L’analyse en temps réels de jeux de données massifs comme celui de la température, de l’air ou de la direction du vent, pourront aider les premiers secours et les autorités à être encore plus proactifs dans leurs décisions et leur communication au grand public.

« L’AITO est fière d’être le chef de file de la mise à disposition d’informations en temps quasi-réel à nos premiers intervenants », a déclaré Cheryl Ingstad, directrice de l’AITO. (Artificial Intelligence and Technology Office) « Cela leur permettra de sauver plus de vies et de protéger les biens et les ressources de notre nation. Ce n’est qu’un projet parmi d’autres dans le cadre d’un effort plus large, qui comprendra des contributions de tous nos partenaires, pour utiliser la technologie afin d’améliorer l’aide humanitaire et la réponse aux catastrophes dans notre nation ».

Incendies, inondations, tornades, … Les Etats-Unis sont chaque année victimes de catastrophes aux conséquences humaines et économiques d’envergure. L’estimation des pertes de biens assurés pour l’année 2019 s’élève à 25 milliards de dollars. Alors que la saison des feux de forêt fait rage en Californie, la création de ce consortium aux acteurs hétérogènes tombe à point nommé. Le groupe dispose déjà de deux systèmes qui en sont à leurs débuts : un pour la cartographie et la prévision des « lignes de feu », ou des limites d’un feu de forêt actif, et un outil similaire pour les inondations. La création de nouveaux prototypes est attendue pour l’automne.

Un graphique présentant les catastrophes naturelles aux Etats-Unis à travers le temps

Graphique présentant les catastrophes naturelles aux Etats-Unis. Source: 2019 Munich Re, Geo Risks Research

Microsoft va mettre à disposition ses compétences en IA, via sa plateforme cloud Azure

Ce groupe transversal composé d’entreprises, de gouvernements, d’organisations à but non-lucratif et d’universités s’est engagé à « apporter son soutien en nature pour développer des solutions qui permettront de mieux atténuer l’impact des catastrophes naturelles aux États-Unis » comme l’indique le communiqué.

Figure de proue de cette collaboration, Microsoft va mettre à disposition ses technologies, notamment par le biais de sa plateforme Cloud Azure. Deux usages sont notamment cités comme étant mobilisables : la création d’une base de données à partir de laquelle entraîner l’IA (comme des images d’anciens feux de forêt), et les services cognitifs de reconnaissance automatique d’objets.

Les initiatives de préservation de l’environnement et de lutte contre le réchauffement climatique grâce aux nouvelles technologies ne cessent de fleurir. En avril, nous vous parlions par exemple du projet CORail, piloté notamment par Intel et Accenture. En utilisant là-aussi les pouvoirs de l’intelligence artificielle, le projet vise à la préservation des massifs coralliens. Fruit d’une collaboration entre partie prenantes privées et publique (via l’association environnementale Sulubaaï), le premier dispositif a été installé dans un récif aux Philippines en mai 2019.

« L’intelligence artificielle nous permet de relever certains des plus grands défis de l’humanité et, dans ce cas, d’améliorer la résilience aux catastrophes des populations du monde entier », a déclaré Toni Townes-Whitley, président des industries réglementées américaines chez Microsoft. « Comme en témoigne ce consortium que nous avons rejoint avec le DOE et le DoD (ministère de la Défense), il est essentiel que les secteurs privés et publics travaillent ensemble pour fournir aux premiers intervenants une technologie susceptible de sauver des vies ».