Il y a quelques jours à peine, nous vous disions que les hôpitaux de Paris étaient victime d'une cyberattaque alors même qu’ils sont confrontés en ce moment à une lourde charge de travail. Preuve que la pandémie n’arrête pas certains pirates. C’est justement pour lutter contre leurs actions et contre les cyberattaques de manière générale qu’un groupe international de 400 experts, COVID-19 CTI League a décidé de se former.

Un groupe de 400 experts de plus de 40 nationalités différentes

Face à la pandémie qui touche le monde entier, c’est un groupe d’experts de plusieurs nationalités qui s’est formé afin de lutter contre les cyberattaques. Les membres de COVID-19 CTI League sont des professionnels de la cybersécurité, ils occupent habituellement des postes importants dans des entreprises comme Amazon ou Microsoft.

La première tâche à laquelle va s'atteler le groupe d’experts va être de lutter contre les attaques envers les établissements de santé. Selon Marc Rogers, l’un des quatre responsables du groupe, des attaques auraient été émises contre plusieurs centres de santé et les experts se sont déjà mis au travail. Une autre préoccupation du groupe va être de défendre les réseaux et services de communication qui sont en ce moment très sollicités par le télétravail d’employés du monde entier.

Les tentatives d’attaques sont nombreuses en ce moment selon le COVID-19 CTI League

À Reuters, Rogers a indiqué “Je n’ai jamais vu ce volume de phishing. Je vois littéralement des messages dans toutes les langues connues de l’homme”. Et ces messages inciteraient, entre autres, les destinataires à dévoiler leurs mots de passe ou d’autres, informations sensibles, comme leurs coordonnées bancaires par exemple.

Les experts, comme l’indique Rogers, auraient déjà stoppé une campagne qui utilisait une vulnérabilité dans un logiciel pour en propager d’autres malveillants. Le responsable du groupe, britannique, mais vivant aux États-Unis, se dit enchanté de cette coopération à l’échelle internationale. Il espère également que le groupe continuera d’exister une fois la pandémie vaincue.