Créer une faille dans Minecraft, l’un des jeux vidéo les plus populaires du monde, Reporters Sans Frontières y a pensé. L’objectif est de créer un refuge au sein d’un jeu vidéo pour permettre l’accès à une information libre. Il est ainsi possible de retrouver dans cette bibliothèque des articles de blogs, de journaux, et de sites internet normalement censurés dans de nombreux pays.

Une ouverture de la bibliothèque à l’occasion de la Journée mondiale contre la censure sur internet

Comme l’écrit Reporters Sans Frontières dans son annonce de “La Bibliothèque Libre”, il existe aujourd’hui de nombreux pays où il est difficile d’accéder à une information libre. La censure est présente et des journalistes sont arrêtés et voient même, pour certains, leur vie menacée. Les conséquences de ces conditions sont que, bien souvent, les plus jeunes grandissent dans un environnement où ils n’ont pas accès à une presse libre et indépendante, mais simplement à une presse contrôlée par leur gouvernement. En conséquences, leurs opinions finissent souvent par être manipulées.

Pour lutter contre cela, Reporters Sans Frontières a cherché une solution pour rendre accessible la presse à tous. La solution trouvée n’est autre que le jeu Minecraft. Il est l’un des plus populaires au monde avec, aujourd’hui, pas moins de 145 millions de joueurs mensuels, contre 112 millions en 2019. Si le choix de RSF s’est porté sur ce jeu, c’est parce que même dans les pays où la presse est censurée, Minecraft est encore accessible. Depuis le jeudi 12 mars, la Bibliothèque Libre est disponible. Elle a été dévoilée à l’occasion de la Journée mondiale contre la censure sur internet.

La bibliothèque est remplie de livres qui contiennent des articles censurés dans leurs pays d’origine. Il semble compliqué que la surveillance des différents gouvernements atteigne ces différents articles, dans la mesure où ils se trouvent au sein d’un jeu vidéo. En effet, si des pays, comme l’Australie, se donnent le pouvoir de bloquer des sites web dans le cadre de la cybersécurité, il est plus compliqué de bloquer le contenu dans un jeu voire le jeu lui-même.

Reporters Sans Frontières veut toucher les plus jeunes pour changer l’avenir

Cela fait maintenant plus de 10 ans que Minecraft existe, puisqu’il a été créé en 2009. Il a rencontré un énorme succès qui ne s’arrête pas d’année en année. Aujourd’hui, on retrouve des joueurs aux quatre coins du monde, ils n’ont pas d’âge précis et des hommes, autant que des femmes y jouent. Cela a été une autre élément clé pour l’idée de refuge caché dans le jeu : cela permet de toucher tout le monde, et particulièrement les prochaines génération “afin de changer l’avenir” indique Nguyen Van Dai, activiste vietnamien.

Minecraft est décrit, par Reporters Sans Frontières, comme un “monde ouvert, où les joueurs ont la possibilité d’explorer un univers”. Cela va donc leur permettre de lire les livres Minecraft. Tous font 100 pages et il est également possible d’y écrire. Les autres joueurs peuvent les lire, mais n’ont pas la possibilité d’en changer le contenu.

Dans les livres Minecraft, il sera possible de retrouver les articles censurés de plusieurs journalistes principalement issus de cinq pays, dont l’Égypte, le Mexique, la Russie, l’Arabie Saoudite, et le Vietnam. Ces États ne sont pas vraiment en bonne position dans le classement de la liberté de la presse de RSF en 2019. La Chine aurait également pu faire partie des pays concernés par la publication des articles, car le pays se classe 177 sur 180, sa presse n’est donc pas libre, et pour preuve que l’accès à l’information est limitée, le pays a censuré Wikipédia dans toutes les langues et bloque même le contenu à propos du Coronavirus sur les réseaux sociaux. Le pays a même confié la création de sa version de la célèbre encyclopédie à Baidu.