Dans un article publié le 20 février, Bloomberg révèle qu’il existerait au sein d’Apple des discussions sur d’ouvrir à l’utilisateur le choix des applications par défauts sur iPhone et iPad. Ces discussions existent également concernant le HomePod.

38 applications préinstallées par défauts sur iPhone et iPad

Les utilisateurs d’iPhone et d’iPad le savent bien, le navigateur Safari et l’application Mail sont des indéboulonnables. Quand bien même l’utilisateur serait plus féru de la concurrence, Chrome, Mozilla pour les navigateurs ou Gmail, Outlook, pour les mails. Bien sûr, il est toujours possible d’utiliser les autres services, mais Safari et Mail sont toujours là et depuis l’existence de l’AppStore en 2008.

Plus que présent, ils ont un statut bien particulier, supérieur aux autres applications : en cliquant sur un lien web envoyé sur son iPhone, c’est Safari qui va se lancer. De même en tapant une adresse mail, difficile de rebasculer vers Gmail. Il existe actuellement 38 applications préinstallées par défauts sur iPhone et iPad.

Tableau chiffre Apple, mis en forme Bloomberg

Crédit : Bloomberg

Selon Bloomberg ce statut particulier, prépondérant des applications made in Apple, pourrait changer. Au siège d’Apple, à Cupertino, on discute actuellement de la possibilité d’offrir une personnalisation plus poussée aux utilisateurs en leur permettant de choisir quel navigateur, quelle boite mail, doit avoir ce statut supérieur.

Il ne s’agit pas d’un cadeau offert par Apple à ses concurrents. Ces réglages permettent à ses applications de surnager dans le nombre d’utilisations, vis-à-vis des autres. Une situation qui avait fait réagir les législateurs américains de la chambre des représentants lors d’une audition d’Apple en 2019. Face aux enquêtes antitrust en cours aux États-Unis, il convient de faire bonne figure.

Guerre Spotify contre Apple

L’autre volet des discussions internes à Apple concerne son enceinte connectée HomePod. Elle est un dégât collatéral de la guerre que se livrent le leader du streaming musical suédois Spotify et la marque à la pomme.

Le 13 mars 2019, Spotify a déposé une plainte devant la Commission européenne pour abus de position dominante. L’entreprise suédoise reproche en particulier les 30% exigé pour figurer sur l’AppStore réclamé par Apple.

Là où le HomePod est concerné, c’est dans son réglage qui favorise d’abord les services de streaming maison, via AirPlay. Il est impossible de faire diffuser de la musique de son compte Spotify sur HomePod en passant par Siri. Ceci rendant globalement plus complexe l’utilisation d’un service tiers de streaming.

Les discussions internes concernant le HomePod d’Apple pourraient être également liées à l’intérêt commercial modéré que suscite leur enceinte sortie en 2018. Elle loin derrière Amazon Echo en termes de vente, représentant moins de 5% du marché selon Strategy Analytics.

Selon les sources de Bloomberg, les discussions internes d’Apple, si elles aboutissent rapidement, seront introduites dès la mise à jour annuel d’iOS 14 qui doit être présentée en juin et de l’équivalent pour HomePod.