Cette année, ESPN semble avoir un objectif : améliorer la visualisation des jeux en ligne. Pour cela, elle s’est dotée d’un nouveau studio dédié à sa programmation numérique et a également embauché le fondateur de House of Highlights Omar Raja. La société d’origine américaine, qui est en fait un réseau de télévision orienté sur le sport, a donc décidé de miser sur la diffusion en ligne comme l’annonce Digiday.

Au programme cette année, 500 émissions originales, en direct

Alors qu’elle existe depuis 1978, la société ESPN a annoncé en ce début d’année, l’ouverture de son studio pour produire ses émissions. Et l’objectif annuel est de 500 émissions originales qui seront diffusées en direct sur les réseaux sociaux de l’entreprise, avec notamment YouTube, Twitter, Snapchat et Facebook. Cet objectif est plus important que les diffusions faites en 2019. En effet, celles-ci s’élevaient à 400 contenus originaux, et c’était déjà le double d’émissions par rapport à 2018.

Depuis le lancement de la couverture de Wimbledon sur Twitter, ESPN ne cesse d’accroître la vitesse de son développement. Celui-ci ne s’arrête d’ailleurs plus. Et cela continue même avec le recrutement d’Omar Raja qui était jusque-là derrière le compte Instagram House of Highlights, un compte qui publie des vidéos dédiées au sport.
Il aura fallu pas moins de deux ans à ESPN pour développer son image en ligne et réussir à se constituer une audience sur chacune des plateformes où elle est présente.

ESPN veut créer du contenu alternatif à celui de la télévision

Pour Ryan Spoon, le vice-président du secteur social et numérique de ESPN, l’enjeu aujourd’hui est de créer “des émissions différentes de celles que nous faisons à la télévision. Si vous pensez à ce que nous avons fait en matière de football universitaire, les émissions sociales sont très détendues”.

Au total, la diffusion des émissions sur toutes les plateformes confondues ont rassemblé 102,4 millions de visiteurs en 2019, uniquement depuis les États-Unis, ce qui représente une évolution de 4% en plus par rapport à l’année précédente. YouTube, Twitter, Facebook et Instagram cumulent à eux quatre pas moins de 2,2 milliards de vues en décembre 2019 et c’est là une augmentation de 58% par rapport à la même période, l’année précédente.

Cette évolution tournée vers les plateformes sociales peut avoir plusieurs intérêts, dont un qui n’est autre que la monétisation des contenus. En effet, sur toutes les plateformes la monétisation est aujourd’hui possible et peut s’avérer plus intéressante que sur les canaux traditionnels, comme la télévision. De la même façon, cette stratégie semble plus judicieuse que de renvoyer les spectateurs sur le site web de la chaîne pour le replay de l’émission.
Enfin, avec ce format, ESPN est aussi en mesure de mettre en place la sponsorisation des vidéos, notamment par des marques. Encore un excellent moyen de monétiser le contenu diffusé.

Finalement, grâce à sa stratégie axée sur le numérique et l’image d’Omar Raja qui fait désormais partie de son équipe, ESPN semble bien décidé à attirer ceux qui regardent encore la télévision vers ses réseaux sociaux.