Une étude menée par le psychologue Erik Thiessen démontre que la mémorisation des enfants est meilleure avec l’aide de livres animés. L’introduction de ces outils pourrait donc être d’une grande utilité au sein des écoles, des bibliothèques, ou d’une manière générale dans les processus d’apprentissage.

Les livres ordinaires ont de la concurrence

Alors que la Chine intègre de plus en plus l’intelligence artificielle dans ses systèmes d’éducation, il semblerait que les plus petits soient aussi touchés par les nouvelles technologies. Le psychologue Erik Thiessen ne souhaite pas pour autant renoncer aux livres normalement constitués d’illustrations et de textes. Néanmoins, l’étude qu’il a mené porte à croire que les livres animés peuvent être d’une grande utilité pour les enfants.

En effet, cette recherche menée au sein de l’Université Carnegie Mellon s’est fondée sur la capacité de mémorisation de 30 enfants âgés entre 3 et 5 ans. Les résultats sont impressionnants et démontrent bien que la mémoire d’un enfant peut être meilleure avec un livre animé. L’interaction avec un livre permet d’augmenter jusqu’à 20% les souvenirs d’un enfant.

La technologie au coeur de l’éducation

D’après le psychologue : « Les enfants apprennent mieux lorsqu’ils sont davantage impliqués dans le processus d’apprentissage ». La passivité de l’enfant face à la lecture d’un ouvrage pourrait diminuer sa concentration et sa capacité à mémoriser. À l’inverse, l’interaction avec l’aide d’un adulte et du livre permettrait à l’enfant de s’impliquer dans la lecture.

Erik Thiessen soutient que les ouvrages non animés possèdent leurs propres avantages et ne doivent absolument pas être bannis du quotidien des enfants. L’éducation vit aussi au rythme des découvertes et des nouvelles technologies. TikTok, un réseau social s’adressant majoritairement aux adolescents, propose des vidéos éducatives et pédagogiques. La diversification des contenus reste une solution courante pour stimuler et dynamiser les enfants dans leurs apprentissages scolaires. Il est possible de se demander à quoi ressemblera l’éducation des futures générations.

Il faut rependant prendre ces résultats comme une donnée parmi bien d’autres. En effet, l’échantillon est constitué de seulement 30 enfants. Il faudra donc attendre que d’autres études sur la même problématique soient réalisées, en intégrant des cultures ou milieux sociaux différents.