Une entreprise américaine spécialisée dans la copie des actes d’état civil en ligne laisse fuiter des données. Plus de 750 000 demandes de copies sont concernées, rapporte TechCrunch.

Fuite des données civiles

Le problème viendrait du stockage de données. L’entreprise concernée aurait entassé des informations personnelles sur le service cloud Amazon Web Services (AWS). La fuite détectée par Fidus Information Security (société spécialisée en cybersécurité), comprendrait des noms, prénoms, dates de naissance, adresses, courriels, numéros de téléphone etc.

D’après TechCrunch, les raisons formulées pour obtenir une demande de copie seraient également disponibles. Manifestement, toutes ces informations sont en libre accès via des URL non protégées par un mot de passe. Parmi les personnes concernées, de nombreux mineurs résidant au Texas, en Californie, et à New-York rapporte le journal.

Photo des certificats dont les données sont exposées

Types de certificat dont les données ont été exposées / Crédit : TechCrunch

La société Fidus et TechCrunch rappellent que l’entreprise concernée, dont le nom reste confidentiel, a été prévenue, avant que l’affaire ne soit révélée. Toutefois « aucune mesure ne semble avoir été prise » depuis. Pour l’heure donc, 752 000 demandes de copies de certificats de naissance restent accessibles en ligne sans mot de passe, et téléchargeables. Tutto va bene

On ne compte plus les fuites de données en tout genre, messages privés, sms, contenu stocké dans le cloud… parmi les plus récentes toutefois, on retient la fuite de données biométriques au Royaume-Uni. Des empreintes digitales et des données de reconnaissance faciale d’un million de personnes ont ainsi été exposées. C’est là le terrible contraste auquel nous risquons d’être de plus en plus confrontés. Si les autorités ne cessent de promouvoir la numérisation, et la biométrie pour assurer notre sécurité, il n’empêche que des fuites peuvent régulièrement s’opérer. Et si le leitmotiv avancé fait part de la lutte contre la fraude ou la falsification, l’inconvénient réside dans la quantité des données exposées en cas de fuite. On atteint rapidement le million, logique. Nombre difficilement atteignable (en tout cas pas de manière aussi rapide) avec une version papier… à se demander si nos données civiles n’ont finalement pas été aussi exposées.