Les avis sont aujourd’hui utilisés pour tout. Sur Amazon, eBay ils sont la clé de certains produits et pourtant. On apprenait récemment que 60% des avis laissés sur des produits high-tech sur Amazon était faux. Même si la technique est problématique, elle permet à de nombreux business autour de ses faux avis de fleurir. Facebook aurait d’ailleurs une place importante dans ces derniers, contre son gré, comme le rapporte TechCrunch.

L’association de consommateurs Which? a mené une enquête approfondie sur Facebook et eBay, deux entités épinglées en juin dernier au sujet de la vente de faux avis.
Malgré les efforts d’eBay, plateforme sur laquelle l’association constate une “amélioration significative” du nombre de personnes vendant des avis 5 étoiles, Facebook semble à la traîne.

Facebook impuissant contre les fake news et fake reviews ?

L’association a identifié un grand nombre de groupes autour des faux avis. En échange d’un produit ou tout simplement d’argent, les internautes sont invités à laisser un avis 5 étoiles sur un produit.
En juillet, dans neuf groupes Facebook, Which? aurait trouvé plus de 55 000 posts concernant les fake reviews. Certains groupes ont également grandi rapidement, en à peine un mois. Which? explique “un groupe a triplé le nombre de ses membres et un autre à doubler avec plus de 5 000 membres.”

Pour trouver ces derniers sur Facebook, il suffit de taper les mots clés “Amazon”, “eBay” ou tout simplement “fake reviews”. Point intéressant, l’algorithme de Facebook recommanderait régulièrement dans la section “pour vous”, des groupes similaires.

Des efforts qui doivent s’intensifier

Natalie Hitchins, responsable des produits et services chez Which? explique “nos dernières conclusions démontrent que Facebook a systématiquement échoué à prendre des mesures alors que sa plate-forme continue d’être infestée de faux groupes d’avis générant des milliers de messages par jour.” Elle ajoute “Facebook doit immédiatement prendre des mesures non seulement pour s’adresser aux groupes qui lui sont signalés, mais aussi pour identifier et fermer d’autres groupes de manière proactive, et mettre en place des mesures pour empêcher que d’autres groupes n’apparaissent à l’avenir.

Facebook s’est rapidement exprimé sur le sujet en expliquant avoir supprimé 9 groupes signalés et comptait enquêter sur le reste : “nous ne permettons pas aux gens d’utiliser Facebook pour faciliter ou encourager les faux avis. Nous continuons d’améliorer nos outils pour prévenir proactivement ce genre d’abus, notamment en investissant dans la technologie et en augmentant la taille de notre équipe de sécurité et de sûreté à 30 000.