Divertissement

Facebook Watch : Buffy, Angel, et Firefly viennent renforcer l’offre de contenus

Les stars de votre jeunesse sortent de la retraite. Dans un premier temps, c'est Buffy avec une promotion assurée par Sarah Michelle Gellar, son interprète, qui débarque chez Facebook.

Facebook Watch, le service de vidéo à la demande du géant des réseaux sociaux, peine à rassembler une communauté autour de séries à succès. Pour remédier à cela, les dirigeants n’investiront pas dans des séries phares comme GOT ou Breaking Bad, bien au contraire. Leur stratégie semble être de se reposer sur d’anciennes gloires, dont la diffusion a aujourd’hui un moindre coût. Cela s’est traduit par le grand retour de Buffy, la célèbre chasseuse de vampire, et son amant « maléfique » Angel sur la plateforme vidéo il y’a quelques jours à peine.

De la prospection déguisée ?

La championne du monde de coup de pied sauté sur vampire arrive avec sa série, mais Angel et Firefly, les deux autres séries de Joss Whedon, sont également de la partie.
Ces dernières disposent d’une très grande base de fans, bien que les diffuseurs ne s’en arrachent pas les droits aujourd’hui. Comme le souligne TechCrunch, si leur diffusion est un échec, cela aura au moins pour mérite de faire découvrir la plateforme aux adeptes, et de les rediriger vers d’autres types de vidéos. Car si les séries ne sont pas la force du service Facebook Watch, ses autres contenus connaissent un succès croissant, en rassemblant au total plus de 50 millions d’usagers mensuels.

Facebook Watch pourrait-il un jour s’imposer dans le monde de la série ?

Bien que Netflix règne sans partage sur le monde du streaming, on pourrait se demander si un GAFA comme Facebook ne pourrait être pas être un candidat pour le renverser. En effet, il dispose d’une gigantesque communauté d’utilisateurs potentiels pour son service vidéo, et a déjà commencé à produire des séries exclusives. Ce qui lui manque, ce sont désormais de forts investissements. Pour atteindre cet objectif, son collègue GAFA, Amazon, n’a pas lésiné sur les moyens et cela commence à payer. Il a déjà rassemblé 100 millions d’abonnés. Si Amazon peut le faire, pourquoi pas Facebook ?

Send this to a friend