Le fait que le NYPD travaille sur des technologies de reconnaissance faciale n’est pas nouveau. D’une manière générale, beaucoup de services de police souhaitent se doter de ce type de techniques. Logique, quand on connaît leur capacité à identifier une personne en particulier dans une foule. Cependant, les desseins de certaines associations peuvent être assez déroutants.

C’est le cas pour un travail entre le NYPD et IBM. La société de technologie a eu accès à des milliers d’images prises depuis un peu moins de 50 caméras de la ville de New York. Le premier problème, c’est qu’aucune annonce publique n’a été effectuée. Le second et dernier problème, c’est qu’IBM a utilisé ces images dans le but de créer un système de reconnaissance faciale avec une fonctionnalité de recherche par couleur de peau. Si ce point fait débat, la solution propose aussi des paramètres par couleur de cheveux, pilosité faciale, ou couleur de vêtement. Des éléments caractéristiques lorsqu’on recherche une personne.

Cette information a été révélée par le média The Intercept. Ses journalistes ont également contacté le NYPD afin d’obtenir quelques précisions et un représentant leur a précisé que « de temps à autre, des vidéos ont été fournies à IBM pour s’assurer que le produit qu’elle développait fonctionnerait dans l’environnement urbain surpeuplé de New York et nous aiderait à protéger la ville. Il n’y a rien dans l’entente de la police de New York avec IBM qui interdit le partage de données avec IBM à des fins de développement de système. En outre, tous les fournisseurs qui concluent des accords contractuels avec la NYPD ont l’obligation absolue de garder confidentielles toutes les données fournies par la NYPD pendant la durée de l’accord, après la conclusion de l’accord et en cas de résiliation de celui-ci. »

Reste alors une question pour les américains, craintifs sur le respect de leurs libertés individuelles. Pourquoi est-ce que programme n’a pas été rendu public ? Une société a eu accès aux captures provenant des caméras portées par les policiers. Les ressortissants du pays de l’Oncle Sam souhaiteraient plus de transparence. Pour ce qui est de la technologie de reconnaissance faciale, elle sera sans doute très efficace. Si l’emballement médiatique s’est concentré sur la couleur de peau, il est évident que son fonctionnement n’est pas uniquement basé là-dessus.