Insights Technologie

Tesla se confie sur son idée de voiture autonome qui voyagerait d’un océan à l’autre

De Miami à San Francisco par exemple

Elon Musk rêve toujours plus ! Après avoir réussi le lancement de la fusée Falcon Heavy et vendu plus de 20 000 lance-flammes, le PDG de Tesla revient sur ses déclarations de 2016.

Cette année là, il prévoyait d’envoyer en 2017 une voiture Tesla autonome lors d’un voyage d’un océan à l’autre. Le projet n’a pas encore eu lieu et n’est pas abandonné !
Dans une lettre envoyée cette semaine aux actionnaire de Tesla, on apprend que l’entreprise travaille toujours sur le projet. Dans cette lettre, Tesla déclare : « la prochaine campagne autonome d’une côte [des États-Unis, ndlr] à l’autre présentera un grand pas en avant pour notre technologie d’auto-conduite ».

L’utilisation du terme « la prochaine » laisse planer le doute sur la date de lancement de ce projet. Le 7 février dernier,  Elon Musk a ainsi confié « prédire que le voyage autonome entre Los Angeles et New York City devrait probablement avoir lieu entre mai et août 2018 ». Il a également précisé que ce voyage aurait pu avoir lieu l’année dernière, mais que ce dernier aurait nécessité du codage personnalisé. Tesla a préféré attendre jusqu’à ce que l’entreprise crée un logiciel « de conduite autonome de pleine capacité », qui pourrait éventuellement être intégré à certaines voitures Tesla.  Dans sa lettre, Tesla a également indiqué « qu’une refonte complète de l’architecture sous-jacente de notre logiciel a été achevé ce qui a permis une amélioration considérable dans la collecte et l’analyse de données ». Ce qui est censé rassurer quant à la sureté de sa technologie.

Cette nouvelle promesse intervient quelques semaines après qu’un Tesla Model S se soit engouffré dans un camion de pompier alors que l’Autopilot était activé. Normalement l’Autopilot aurait dû détecter le camion de pompier ce qui aurait permis au conducteur de reprendre la main. Tesla a toujours insisté sur le fait que l’Autopilot doit être activé avec un pilote « pleinement actif », même si le pilotage automatique d’une manière générale ne demande pas le contrôle du conducteur.

Pour finir, Tesla a indiqué se préparer « à introduire une série de nouvelles fonctionnalités sur l’Autopilot en 2018 et après ».

Source : Digital Trends 

Send this to a friend