Alors que Alexa a atteint les 12 000 fonctionnalités, Amazon continue de perfectionner son assistant intelligent. Aujourd’hui, les compétences vocales et interactives sont de mises. Amazon souhaite rendre la voix d’Alexa plus humaine. De nouvelles compétences ont été ajoutées et l’assistant profite de 5 nouvelles fonctionnalités : les chuchotements, l’emphase, les bips, l’improvisation et la modulation du volume, de la vitesse, de l’intonation. Les nouveaux outils fournis aux développeurs sont disponibles dans le langage SSML (Speech Synthesis Markup Language), sous forme de balises qui peuvent être utilisées pour développer de nouvelles fonctionnalités.

Pour une utilisation concrète des nouvelles fonctionnalités, Amazon a mis en place un quizz sur Github qui permet d’utiliser les balises SSML et donc de tester et de calibrer les nouveaux outils. L’entreprise a aussi développé une fonctionnalité « bonus » : l’assistant peut déclamer des interjections à la demande, comme par exemple « abracadabra » ou « aloha » avec la bonne intonation. Amazon a cependant fixé des limites techniques aux développeurs, certainement pour que ceux-ci ne jouent pas trop avec le volume, le débit ou le crissement de la voix.

Alexa

Alexa se calque sur les réponses humoristiques de Siri, l’assistant d’Apple ; elle est capable de chanter une chanson, de raconter une blague, de répondre à un « je t’aime ». Cependant, la concurrence semble prendre un virage et se tramer principalement entre Amazon et Google, laissant Apple de côté. Plus globalement, l’objectif pour les entreprises du domaine est aujourd’hui de rendre les interactions entre les assistants intelligents et les êtres humains plus naturelles. La voix est une des premières différences entre l’homme et la machine, alors quand Amazon prévoit de lisser celle-ci, peut-être veut-il nous rapprocher de ces robots qui prennent place dans nos quotidiens.

Source : Techcrunch