En 2015, Amazon rachetait l'israélien Annapurna Labs, spécialisé dans la conception de puces. Presque six ans plus tard, cette acquisition pourrait rendre un fier service au géant américain du e-commerce... mais surtout pour sa division serveurs : AWS (Amazon Web Services), dont l'offre est utilisée par de très nombreux acteurs du monde de la tech et de l'entreprise. On apprend en effet de The Information que la firme mettrait actuellement à contribution l'expertise de sa filiale pour concevoir des puces maison vouées aux commutateurs réseau d'AWS, mais aussi de sa propre infrastructure interne.

Si elle se vérifie, cette décision stratégique permettrait à Amazon de compléter ses efforts pour se reposer plus encore sur des technologies réseau bien à elle. Actuellement, la firme fabrique par exemple déjà ses commutateurs, mais compte toujours sur le californien Broadcom pour la conception des puces en silicium qui permettent de les animer.

Des serveurs plus efficaces et sécurisés grâces à des puces fabriquées en interne ?

En utilisant ses propres puces et commutateurs, couplés à un logiciel conçu sur-mesure, le géant américain pourrait solutionner d'éventuels problèmes de goulot d'étranglement dans l'infrastructure d'AWS, mais aussi améliorer la sécurité ou pourquoi pas offrir de nouveaux services.

Notons que le développement de puces ne serait pas tout à fait une première pour Amazon. Récemment, la firme a notamment collaboré avec le taïwanais MediaTek pour la fabrication d'un processeur, l'AZ1 Neural Edge, dédié à ses enceintes connectées Amazon Echo. En fin d'année dernière, Amazon a aussi mis discrètement au point Trainium, une autre puce, cette fois vouée au machine learning dans le Cloud. Elle devrait bientôt entrer en service et profiter aux clients d'AWS, note The Verge.

Développer des puces en interne est quoi qu'il en soit un sport en vogue dans la Tech. Google et Microsoft seraient ainsi déjà en train de se prêter à l'exercice, tandis qu'Apple le fait maintenant depuis des années, d'abord pour ses iPhone, iPad et Apple Watch, et plus récemment pour ses Mac avec ses propres SoC ARM Apple Silicon.