Zoom a dévoilé son chiffre d’affaires pour le trimestre s’achevant en janvier 2021. Pour l’instant, le service de visioconférence ne montre aucun signe de ralentissement, bien au contraire.

Au total, l’application continue sur sa dynamique et a généré 882,5 millions de dollars pour ce quatrième trimestre contre 188,3 millions à la même période de l’année précédente. Ses revenus nets ont quant à eux atteint les 260 millions de dollars, ils étaient de 15,3 millions de dollars lors du dernier trimestre 2019. Sur l’ensemble de l’année, ses profits ont augmenté de 326% par rapport à 2019 avec un montant de 2,6 milliards de dollars. « Nous sommes touchés par notre rôle de partenaire de confiance et de moteur pour l'environnement du travail moderne, quel que soit l'endroit où il se trouve. Notre capacité à réagir et à exécuter rapidement a conduit à de solides résultats financiers tout au long de l'année », a ainsi déclaré Eric Yuan, fondateur et PDG de Zoom.

À l’annonce de ces résultats trimestriels impressionnants, les actions en bourse de la firme ont grimpé de plus de 10%. De même, elle revendique désormais près de 467 100 entreprises clientes avec plus de 10 employés, ce qui représente une hausse de 470% comparé à l’année précédente. Zoom est sans aucun doute l’un des services ayant le plus bénéficié de la pandémie de Covid-19, le faisant passer d’un statut d’outsider à un sérieux concurrent pour des mastodontes comme Microsoft.

Si l’entreprise a rencontré quelques problèmes en matière de protection des données, elle a su évoluer rapidement pour s’adapter à la demande, notamment en intégrant des applications tierces à son service de visioconférence. Elle doit toutefois se préparer à un retour à la normale, alors que les campagnes de vaccination dans le monde s’accélèrent ; c’est pourquoi elle a récemment présenté de nouveaux outils pour faciliter le retour au travail présentiel.

Malgré cela, Zoom s’attend à une hausse de 41% de ses revenus cette année, notamment car, selon le service, le télétravail s’est immiscé dans le monde professionnel et devrait y rester pour un bon moment : « L'avenir est là avec la montée de l’isolement et le travail depuis n'importe où. Nous reconnaissons cette nouvelle réalité », assure son PDG.