Dans un communiqué, l’institut scientifique allemand Fraunhofer-Gesellschaft explique avoir développé un moyen de stocker de l’hydrogène sous forme chimique à la fois facile à transporter et à reconstituer de manière peu coûteuse. Cette alternative devrait être très intéressante pour les petits véhicules comme les trottinettes électriques ou les motos.

En effet, la technologie hydrogène est très prometteuse dans le secteur des transports, mais elle présente encore de nombreux défis. « Les véhicules à hydrogène sont équipés d’un réservoir renforcé qui est alimenté à une pression de 700 bars. Ce réservoir alimente une pile à combustible, qui convertit l’hydrogène en électricité. Celle-ci enclenche à son tour un moteur électrique qui propulse le véhicule », explique Fraunhofer-Gesellschaft.

La taille du réservoir n’est pas un problème pour les véhicules de taille importante comme les bus ou les trains, et la technologie est également bien développée pour la voiture : plusieurs centaines d’entre elles circulent d’ores et déjà en Allemagne. En revanche, la vérité est toute autre pour les petits véhicules comme les trottinettes, pourtant de plus en plus populaires.

Les chercheurs affirment toutefois avoir trouvé la solution, et elle s’appelle POWERPASTE. Développé à l’institut Fraunhofer pour les technologies de fabrication et les matériaux avancés, il s’agit d’un carburant se présentant sous forme de pâte à base d’hydrogène et d’hydrure de magnésium solide et capable de libérer de l’hydrogène à la demande. « À bord du véhicule, le POWERPASTE est libéré d’une cartouche au moyen d’un piston. Lorsque de l’eau est ajoutée à partir d’un réservoir à bord, la réaction qui s’ensuit génère de l’hydrogène gazeux en quantité ajustée dynamiquement aux besoins réels de la pile à combustible. En fait, seule la moitié de l’hydrogène provient du POWERPASTE ; le reste provient de l’eau ajoutée », explique l’institut.

Pour mettre au point le carburant, les chercheurs expliquent avoir tout d’abord mélangé de la poudre de magnésium et de l’hydrogène pour créer l’hydrure de magnésium durant un processus à plus de 350 degrés celsius. Un ester et un sel métallique y ont ensuite été ajoutés pour obtenir le produit fini. Selon Marcus Vogt, chercheur chez Fraunhofer, POWERPASTE possède une immense capacité de stockage d’énergie : « Elle est nettement plus élevée que celle d’un réservoir à haute pression de 700 bars. Et par rapport aux batteries, elle a une densité de stockage d’énergie dix fois supérieure ».

POWERPASTE se décompose lorsque la température atteint les 250 degrés celsius, ce qui est peut probable à l’intérieur d’un véhicule, et « offre une gamme plus étendue que l’hydrogène comprimé à une pression de 700 bars ». Fraunhofer-Gesellschaft estime que sa technologie est non seulement utile pour les trottinettes ou les motos, mais également pour les voitures, les véhicules de livraison et même les drones. L’institut assure que POWERPASTE ne nécessite pas d’infrastructures importantes, et pourrait donc être utilisé même dans les endroits ne disposant pas de stations de recharge hydrogène, puisque le plein se fait simplement en changeant la cartouche.

Une usine de production dédiée au carburant est actuellement en construction et devrait être opérationnelle dès cette année. Elle fournira quatre tonnes de POWERPASTE par an.