Véronique DUONG, co-fondatrice de l’agence SEO Rankwell à Paris, spécialisée sur le référencement international, partage ses conseils quant à l’optimisation à venir pour les moteurs de recherche chinois.

La croissance en Chine continentale et son développement en termes d’innovation technologique ne sont plus à prouver. Ces dernières années, avec la mise en place du paiement mobile, de la reconnaissance faciale pour s’identifier, des voitures autonomes, et diverses nouveautés high tech, les villes les plus riches de Chine comme Canton, Shanghai, sont totalement transformées.

Au sein de l’Empire du Milieu, il existe plusieurs moteurs de recherche chinois :

  • Baidu,
  • QS Search (ou Qihoo 360 ou encore HaoSou, le moteur a 3 nominations),
  • Sogou (intention de rachat par Tencent Q4 2020),
  • Shenma (appartient à Alibaba) et d’autres moins connus.

En termes de répartition d’utilisateurs chinois, Baidu garde le monopole avec 69% de part de marché. Cependant avec le rachat potentiel (certain, même) de Sogou par Tencent, il y a de forte chance que Baidu perde en internautes et mobinautes chinois.

Voici les chiffres de parts de marché Q1 2020 pour les moteurs de recherche chinois en Chine continentale :

part de marché moteurs de recherche chinois

Source de l’image : StatCounter et MarketMeChina

Sur tout appareil, Baidu détient encore 69% de parts de marché.
En revanche sur Desktop, Baidu n’est pas en tête de liste, mais c’est Sogou qui occupe la place, avec 48% de parts de marché.
Cependant, sur Mobile (l’appareil le plus utilisé en Chine continentale), c’est Baidu qui a totalement le monopole avec 85% de parts de marché.

La concurrence est très rude en Chine continentale, et chacun de ces moteurs de recherche voudrait être le numéro 1.

Shenma d’Alibaba qui est un moteur de recherche uniquement mobile avait un temps gagné pas mal de part de marché (on était à 14% en 2018, et aujourd’hui, en 2020, ses parts sont passées à moins de 10% pour le mobile) mais reste deuxième derrière Baidu.

HaoSou de Qihoo 360 (un antivirus très performant) qui reproduit pas mal des innovations de Baidu peine aussi à gagner en part de marché, mais comme le moteur est installé par défaut sur les PC (comme un peu Bing en Occident), cela égaie un peu les chiffres pour ses parts de marché.

Aujourd’hui, par rapport à Baidu, les moteurs les plus concurrentiels sont Sogou (qui a un service dédié aux informations, aux données de WeChat et qui sont remontées dans ses résultats de recherche, et cela a fait que beaucoup d’internautes se sont tournés vers Sogou pour la praticité de cette fonctionnalité) et Shenma qui est un moteur de recherche 100% mobile (et comme les mobiles sont les appareils les plus utilisés en Chine).

En revanche, Google, Bing ne représentent pas une menace ou une concurrence pour les moteurs chinois. Ils sont dans la part “Others” du camembert avec moins de 3% de parts de marché.

De ce fait, il ne faut plus penser à optimiser le SEO de son site pour un moteur de recherche en particulier en Chine, mais plutôt à travailler la version chinoise pour l’ensemble des moteurs de recherche.

Il y a un tronc commun qui existe chez tous les moteurs (chinois comme occidentaux) : la qualité du site, le contenu monolingue des pages web, les liens externes (quantité et qualité) qui pointent vers le site, les mots-clés, etc. Si le travail de SEO de base est correctement fait, sur l’ensemble des moteurs, le site web devrait être indexé et classé assez rapidement.

Il ne faut donc plus penser qu’à faire du SEO chinois pour Baidu, mais l’ensemble des moteurs de recherche chinois (Sogou, Shenma, HaoSou).