Beaucoup d’entre nous en ont entendu parlé, mais nous sommes encore trop peu à savoir en quoi consiste réellement le growth hacking. Pour en savoir plus sur ce domaine paradoxalement prisé et particulièrement méconnu du marketing, nous avons rencontré Grégoire Gambatto, fondateur de Germinal, entreprise spécialisée dans le growth hacking qui promet de « révolutionner la croissance » de ses partenaires.

Pour s’abonner à Culture Numérique : Spotify – Apple Podcasts – Deezer – Google Podcasts.

Le Growth Hacking, quésaco ?

Grégoire Gambatto l’admet volontiers lui-même, le growth hacking est aujourd’hui encore trop méconnu : « Quand j’ai commencé mon activité de growth hacker en 2016, les gens trouvaient ça à la fois fou et intriguant, et à la fois, ils ne comprenaient pas du tout ». La question semble donc légitime et nécessaire : en quoi consiste réellement ce domaine du marketing ?

Dans sa définition pure, il se décrit comme « un ensemble de techniques marketing permettant d’accélérer rapidement et significativement la croissance du chiffe d’affaires d’une entreprise » mais pour Grégoire Gambatto, un growth hacker est avant tout « une personne qui va générer de la croissance de façon non-conventionnelle » et dont l’objectif principal sera de générer des ventes et des leads de façon directe. Pour cela, et toujours selon le fondateur de Germinal, un bon growth hacker se devra d’avoir des compétences techniques, mais aussi et surtout, d’avoir une véritable appétence pour l’expérimentation. Plus encore, le growth hacker n’a pas d’aprioris et est une personne aux multiples talents, capable à la fois de faire ses preuves dans la rédaction, dans le développement, dans la gestion de régies publicitaires payantes, etc.

Grégoire Gambatto en est ainsi convaincu : ces profils, à la fois rares et pointus, seront de plus en plus prisés ces prochaines années, tant au niveau des start-up que des agences, à la fois en CDI et en indépendants. Face à une demande grandissante, les salaires devaient gonfler et la chasse au recrutement battra très certainement son plein. Une bonne nouvelle pour les growth hackers en devenir, mais une moins bonne nouvelle pour les agences qui devraient « plafonner en terme de taille puisque quand vous vous faites chasser trois à quatre fois par semaine toutes les personnes qu’il y a dans votre équipe, ça pose forcément de gros problèmes« , assure Grégoire Gambatto.

Germinal, une croissance exponentielle et une évolution du service vers le produit

Créé en mars 2018, Germinal compte déjà 31 salariés en 2020. Une croissance aussi forte que rapide, qui est notamment due à une méthodologie unique reposant sur quatre pilliers : « l’Expertise métier » qui s’illustre à travers une équipe aux multiples talents (copywriting, publicité en ligne, SEO, design, emailing, analytics, etc), le « Process & Outils » qui identifie des tâches redondantes afin de les automatiser, mais aussi le pilier de la « Data » ou encore celui de la « Collaboration » qui permet d’effectuer un travail de pédagogie, de mutualisation et d’entraide « afin de créer des synergies permettant à chacun de gagner en autonomie, et de répondre à ses objectifs« .

La formule est payante : actuellement, Germinal enregistre 220 000 euros de chiffres d’affaires par mois, quand l’année dernière à la même période, elle en comptait 110 000. Une croissance doublée d’une année sur l’autre, qui montre bien le succès du service proposé par l’entreprise. Toutefois, Grégoire Gambatto se montre réaliste : « Notre croissance n’est pas tenable en tant qu’entreprise de service. Par contre, en tant que boite qui édite un produit qui peut passer à échelle et qui peut aider les autres firmes à avoir cet état d’esprit « growth » pour faire décoller leur business, je pense que la croissance est tenable ».

C’est pourquoi Germinal a pris la décision, en début de confinement, de mettre en place des formations. Là encore, le pari est gagnant puisque dès le deuxième mois de leur exploitation, l’entreprise a généré 100 000 euros de ventes sur ce seul produit. Forte de ce succès, la firme va plus loin et lance l’Antichambre, une offre allant de 350 à 800€ par mois selon la formule choisie, et regroupant plus d’une soixantaine d’heures de formation au format vidéo.

Grégoire Gambatto détaille : « En fonction de votre industrie, chaque semaine vous avez des updates sur ce qui s’est fait et sur le meilleur contenu qui est sorti. Quelqu’un qui fait du marketing et de l’acquisition pour son entreprise n’a qu’à se connecter toutes les semaines à l’Antichambre, y passer une demi-heure, et il arrivera à faire x2 ou x3 sur les actions qu’il entreprendra durant sa semaine, ce qui permettra de les faire décoller ».

Si ce changement de direction a été un moyen pour Germinal de réussir poursuivre sa croissance intelligemment, il a été aussi le moyen de répondre à la crise créée par la Covid-19 puisqu’en seulement deux jours après le confinement, l’entreprise avait perdu 80% de ses clients. Grâce à ses formations, elle a finalement réussi à tirer son épingle du jeu et à traverser la crise sans trop d’embûches, avec une seule mise en chômage partielle et un chiffre d’affaires en évolution. Un exemple d’adaptation rapide et efficace, en réponse à une crise sans précédent.