Uber a annoncé de nouvelles fonctionnalités pour sa division dédiée aux entreprises, Uber for Business. Elles seront disponibles aux États-Unis, en Asie-Pacifique, en Europe, en Afrique et au Moyen-Orient, rapporte TechCrunch.

Transporter les employés jusqu’à leur lieu de travail

Jusqu’à la crise de Covid-19, l’activité d’Uber Business consistait principalement à transporter des salariés d’un point a à un point b, de l’aéroport au bureau par exemple, mais le service a été contraint de se diversifier. En avril dernier, alors que de nombreux pays avaient confiné leur population, Uber Business a ainsi ajouté Uber Eats à ses activités afin d’apporter des repas à ceux qui travaillent.

Le but des nouveaux outils présentés par le service est désormais d’aider les entreprises à acheminer leurs employés vers leur lieu de travail tout en évitant les transports bondés pour réduire les risques de contamination. Employee Group Rides va permettre à deux collègues vivant dans la même zone de partager un Uber à la manière du service UberPool. Ronnie Gurion, responsable d’Uber for Business, compare cela à une « bulle de transit » :

« Nous constatons que les entreprises trouvent cette option plus attrayante parce qu’elles sont à l’aise pour mettre les personnes qui sont dans le même bureau dans la même voiture. Cela permet de respecter la distanciation sociale et crée une bulle de transit social, pour ainsi dire, pour faire venir les gens au bureau et les en faire sortir ».

Le second service présenté par la firme américaine est baptisé Business Charter. Dans ce cas, Uber for Business se charge de mettre les clients en relation avec un partenaire tiers, qui peut transporter différents salariés jusqu’à leur lieu de travail. Ronnie Gurion détaille le service :

«Une entreprise peut venir et créer un programme de transport avec Uber pour les berlines, les SUV, les fourgonnettes et les bus, et sur la base du nombre d’employés et des données de transport, elle peut commander 20 berlines et un nombre X de nos plus grands véhicules, et décider comment les déployer ».

Il précise par ailleurs que les véhicules choisis ne transporteront que les employés de la firme, ne risquant pas de contacts avec d’autres personnes, et que les chauffeurs comme les passagers devront porter un masque.

Uber se diversifie

La crise de Covid-19 a frappé Uber de plein fouet, avec un arrêt quasi total des courses en mars et avril, lors des mesures de confinement entreprises dans différents pays du monde. Puisque le retour à la normale semble encore lointain, le géant américain tente de s’adapter comme il peut. En plus de s’être lancé dans la livraison de colis, il effectue également des livraisons de courses alimentaires au Canada et en Amérique latine.