En matière d’environnement, Microsoft voit très grand. La firme américaine vient d’annoncer son objectif d’avoir une empreinte carbone négative dès 2030, et elle va encore plus loin en s’engageant à récupérer tout le CO2 qu’elle a émis dans l’atmosphère depuis sa fondation, et ce d’ici 2050.

Aller plus loin

Alors que l’urgence climatique a des répercussions de plus en plus dramatiques, les géants de la tech s’engagent pour réduire, voire éliminer leurs émissions de CO2. En 2018, Google et Apple ont ainsi annoncé être alimentées à 100 % par des énergies renouvelables. Microsoft a décidé de leur emboîter le pas… avec un peu de retard.

Dans la même catégorie

En effet, Microsoft prévoit tout de même d’émettre 16 millions de tonnes de CO2 dans l’atmosphère cette année. Comme le souligne The Verge, cela équivaut à l’activité de 15 centrales à charbon. Ces émissions sont dues aux nombreuses activités de la société : ses centres de données, la construction de ses appareils électroniques, mais aussi du simple fait que des millions de personnes branchent et jouent à leur Xbox chaque jour…

À l’approche du World Economic Forum qui se tiendra à Davos dès le 21 juin prochain, la firme de Redmond a toutefois annoncé ses plans pour l’avenir. En effet, la conférence se concentrera principalement sur le réchauffement climatique et l’extinction massive de la faune et de la flore. Microsoft a certes atteint la neutralité carbone en 2012, mais pour son président, Brad Smith, il faut aller encore plus loin : “en matière de carbone, la neutralité ne suffit pas. Nous devons atteindre le zéro net”, a-t-il expliqué.

Microsoft va investir 1 milliard

Fini la neutralité carbone donc, Microsoft prévoit d’être négative d’ici 2030. Pour cela, elle vise d’être alimentée à 100 % en énergies renouvelables dès 2025. La firme va notamment facturer ses propres filiales pour le chauffage à gaz qu’elles utiliseront, et établir de nouvelles mesures afin que ses fournisseurs réduisent également leur empreinte carbone.

Son plan le plus ambitieux reste néanmoins celui établi pour 2050 : elle affirme qu’elle aura alors récupéré tout le CO2 émis dans l’atmosphère depuis sa création en 1975. “La seule façon d’aller de l’avant est de prendre des mesures pour éliminer le carbone de l’atmosphère”. Microsoft va donc investir 1 milliard de dollars dans des technologies capables de telles prouesses, technologies “qui n’existent pas encore aujourd’hui, du moins pas de la manière qui les rendraient abordables et efficaces comme le monde l’exigerait”, a-t-il précisé.

La conférence à Davos devrait nous en apprendre plus sur les plans de la firme de Redmond, qui par ailleurs, collabore avec des géants du pétrole comme Chevron afin de les aider dans leur transition digitale.