Entre fausses informations et fraudes, de nombreuses choses circulent sur Facebook. Notamment ILikeAd, qui s’est présentée elle-même comme une “solution gobale centralisée destinée aux annonceurs” qui vient de se faire épingler par le réseau social. La société va être poursuivie en justice par Facebook.

Facebook accuse une société de fraude publicitaire

La société de Mark Zuckerberg accuse depuis hier, jeudi, la société qui développe des logiciels ILikeAd, de fraude publicitaire. Il reproche spécifiquement à la société d’avoir incité des gens à cliquer sur des photos qui contenaient en légende de faux liens publicitaires, liés bien souvent à l’image “empruntée” de célébrités et qui les conduisait à l’installation de logiciels malveillants.

Une fois ces logiciels malveillants installés, la société frauduleuse pouvait diffuser des publicités pour des produits de contrefaçon, comme par exemple des pilules pour maigrir. Par ailleurs, la société faisait en sorte de dissimuler la véritable destination de ses liens pour ne pas se faire attraper par Facebook. Ce dernier a, à ce propos, indiqué que ces pratiques étaient contraires à ses conditions de service et de ses règles en matière de publicité.

ILikeAd masquerait ses publicités pour éviter que Facebook ne les supprime

Facebook s’attaque, depuis quelques temps, aux sociétés douteuses qui dissimulent leurs publicités sur son réseau social. Bien souvent, lorsqu’il les démasque, le géant américain n’engage pas de poursuite à leur encontre, il s’agit donc ici d’un cas particulier puisque Facebook a pu, cette fois, remonter jusqu’aux personnes qui gèrent cette fraude.

En plus des poursuites, il serait même logique que Facebook réclame à ILikeAd, pas moins de 4 millions de dollars, pour permettre le remboursement de ce qu’il a donné en dédommagement aux utilisateurs dont le compte a été touché et pris en otage par le virus.

Ce n'est pas la première fois que Facebook poursuit en justice des fraudeurs

Déjà à deux reprises cette année, Facebook s'est occupé de poursuivre deux entreprises en justice, pour fraude. La première, en mai dernier, est une société sud-coréenne nommée Rankwawe. Il s'agissait en fait d'une application qui analysait le score d'influence sociale des utilisateurs de Facebook. Les données récoltées par l'application auraient été utilisées à des fin de ciblage publicitaire et cela n'aurait pas respecté le contrat passé avec Facebook et c'est ainsi que Facebook a poursuivit l'application pour usage abusif de ses données.

Un autre cas, plus récent cette fois, marque le succès de Facebook face à une entreprise néo-zélandaise, l'entreprise de Mark Zuckerberg avait poursuivi une entreprise proposant de faux like aux utilisateurs d'Instagram. La finalité du procès pour l'entreprise avait été une amende de 500 000 dollars à payer à Facebook et l'entreprise avait été totalement bannie du réseau social.