D’après le Wall Street Journal, nombreuses sont les entreprises à s’intéresser de près à la reconnaissance vocale. Depuis plusieurs années, nos doigts ou notre visage servent déjà à déverrouiller nos appareils électroniques. Demain, notre voix sera certainement notre nouvelle empreinte digitale.

La reconnaissance vocale intéresse les entreprises

Comme l’explique Rita Singh, chercheuse spécialisée en machine learning : “on sait depuis des siècles que la voix porte en elle quantité d’informations. Grâce à l’intelligence artificielle, on peut soutirer ces informations. La voix humaine contient des informations, liées à nos caractéristiques physiques, physiologiques, démographiques, médicales, et environnementales. Elle pourrait devenir une empreinte digitale très performante dans un monde où la cybersécurité est de mise”.

Concrètement, chaque voix pourrait être transformée en code-barres. Chaque façon de parler est différente, la manière dont nous posons notre voix, dont nous prononçons certaines syllabes est propre à chacun d’entre nous. La police pourrait également se servir de la reconnaissance vocale pour améliorer ses techniques d’enquête.

Déjà de nombreuses applications

La banque HSBC est la première à avoir mis en place un système de reconnaissance vocale pour ses clients. Un simple “bonjour” permet à ses clients anglais d’accéder directement à leurs comptes bancaires. Plus besoin de se souvenir d’un mot de passe compliqué et de risquer de l’oublier. Votre voix suffit et il semblerait que cette technique soit quasiment infaillible.

De son côté, l’algorithme d’Alibaba est capable d’isoler les voix. Il a déjà été déployé dans le cadre d’un système de billetterie de métro à base vocale à Shanghai, et Alibaba est en train de travailler pour l’implanter dans un certain nombre de villes. Un porte-parole de Discover Financial Services, un service américain spécialisé dans les cartes de crédit, explique que depuis l’introduction de la technologie de reconnaissance vocale, les fraudes ont reculé de 10%.