Avons-nous fait le premier pas vers une grande ère de terraformation des planètes voisines ? C’est bien possible. Des chercheurs de Harvard ont inventé un aérogel qui devrait permettre de transformer le sol aride et toxique de Mars en une surface suffisamment accueillante pour accueillir des végétaux comestibles.

Cela a toujours été une problématique essentielle pour l’homme. S’il souhaite coloniser un jour les autres planètes, il faudra qu’il puisse y produire de la nourriture. Aujourd’hui, l’humanité a fait un premier pas conséquent dans cette direction. Des scientifiques prévoient de déployer des plaques composées d’un aérogel spécifique sur Mars. Sur la surface où elles seront apposées, le sol aride de Mars devrait se transformer en terre arable.

Comment fonctionne leur découverte ?

Les plaques « aérogel » fonctionnent en imitant l’effet de Serre de la Terre, qui piège l’énergie du soleil par le biais de dioxyde de carbone et d’autres gaz. Disposées dans les bonnes zones, elles réchaufferont le sol de Mars et feront fondre la glace souterraine. Cela devrait constituer des espaces suffisamment accueillants pour maintenir des plantes en vie.

L’aérogel des plaques est constitué à 97% d’air, les 3% restants prennent la forme d’un filet de silice qui le structure. Les chercheurs de Harvard et de la NASA ont démontré qu’en plus de retenir suffisamment de chaleur pour faire fondre l’eau des sols martiens, des feuilles d’aérogel de silice de 2 à 3 cm d’épaisseur bloquaient les rayons UV nocifs et laissaient passer la lumière visible pour la photosynthèse. Cet ensemble de fonctionnalités crée un espace propice au développement d’une vie végétale. En effet, les chercheurs à l’origine de la recherche expliquent que « Placer des protections aérogels sur des régions suffisamment riches en glace de la surface martienne pourrait permettre à la vie photosynthétique d’y survivre avec un minimum d’intervention ultérieure ».

Les chercheurs sont ambitieux concernant l’avenir de leur découverte sur Mars

Robin Wordsworth, chercheur de l’Université de Harvard qui a travaillé sur le projet, a déclaré que l’aérogel pourrait couvrir aussi bien quelques mètres que de vastes étendues de la planète rouge au fil de son développement. Les plaques devront être surélevées vis-à-vis du sol pour permettre à nos plantes terrestres de pousser normalement, elles pourront cependant être disposées directement sur le sol pour la culture de plantes aquatiques.
Monsieur Wordsworth précise que « comme la vie ne pousserait que sous ces plaques, le risque de contaminer Mars avec des formes de vie étrangères serait minime. »

Il a également expliqué comment la technologie aérogel pourrait être utilisée dans un avenir proche « Vous pouvez imaginer que cela peut être utilisé de plusieurs façons. La plus réalisable à court terme serait un essai à petite échelle avec un atterrisseur robotisé. À plus long terme, il (l’aéorogel) pourrait être utilisé à l’appui de missions d’exploration humaine, et éventuellement pour produire des habitats à longue durée de vie et aussi autonomes que possible ». Finalement, le projet de Jeff Bezos d’envoyer des milliards d’humains dans des colonies spatiales ne semble plus si lointain. Reste à voir si l’aérogel confirmera les attentes sur Mars.