La Joconde prend vie grâce à l’intelligence artificielle de Samsung
Intelligence Artificielle

La Joconde prend vie grâce à l’intelligence artificielle de Samsung

L’incroyable intelligence artificielle de Samsung donne vie à Mona Lisa et d’autres figures historiques ou personnalités publiques

La revue scientifique Arxiv a révélé que les chercheurs du Samsung AI Center ont développé une intelligence artificielle capable de reproduire des mouvements réalistes à partir de vrais visages, mais également de peintures, telles que la Joconde.

L’investissement de Samsung dans ses recherches d’IA semble enfin porter ses fruits, puisque ce modèle, créé grâce au machine learning, est capable de reproduire des mouvements réalistes du visage, comme les mimiques, les sourires ou encore les clignements des yeux. Bien qu’ils ne soient pas encore tout à fait parfaits, les visages tirés de personnalités publiques ou historiques que reproduit l’intelligence artificielle restent bluffants.

Le plus impressionnant reste cette capacité à simuler les mouvements de tête en se basant uniquement sur une image fixe, à l’image de la Joconde. Il est assez incroyable de voir le visage de Mona Lisa, déjà si réaliste, s’animer et prendre vie. Ces premières démonstrations sont plutôt encourageantes et laissent penser que Samsung réussira à peaufiner ses algorithmes pour des animations encore plus concrètes.

L’IA est également capable de créer des œuvres d’elle-même, comme le « portrait d’Edmond de Belamy », basé sur 15 000 œuvres de portraits classiques réalisés entre le XIVe et le XIXe siècle, vendu 432 000$ aux enchères de la maison Christie’s à New York.

L’intelligence artificielle de Samsung ne se base pas que sur le machine learning, mais également sur le Generative Adversarial Network (GANs), qui oppose essentiellement deux modèles l’un à l’autre, en essayant de tromper l’autre et lui disant ce qu’il créer est « réel ». De cette façon, les résultats atteignent un certain niveau de réalisme fixé par les créateurs. Pour que cela fonctionne, il faut que le « discriminateur » soit sûr à au moins 90% que le visage est bel et bien humain pour que le processus continue.

Pour le moment, l’IA ne permet que de faire vivre le visage et le haut du torse, mais dans un avenir proche, peut-être arrivera-t-elle à faire bouger le reste du corps.

Send this to a friend