Après Huawei, les USA soupçonnent les drones chinois d'espionnage
objets connectésTechnologie

Après Huawei, les USA soupçonnent les drones chinois d’espionnage

En plein conflit entre la Chine et les États-Unis concernant les équipements Huawei, le gouvernement américain soupçonne les constructeurs de drones chinois d'espionnage.

Après l’annulation de la licence Android pour les smartphones Huawei, suite à des suspicions d’espionnage, les États-Unis se méfient dorénavant des drones fabriqués en Chine. Le département de la Sécurité intérieure des États-Unis a émis un avertissement dans lequel il est indiqué que les drones chinois pourraient renvoyer des informations concernant leurs vols, directement à leur fabricant.

Selon CNN, cette alerte a pour objectif de montrer que le gouvernement des États-Unis est « préoccupé au sujet de tout produit technologique qui fait entrer des données américaines sur le territoire d’un État autoritaire qui permet à ses services de renseignement d’avoir un accès sans entrave à ces données. » Aux États-Unis les drones sont quotidiennement utilisés pour diverses taches, que ce soit par les forces de l’ordre, mais aussi les missions de sauvetage, ou encore les livraisons médicales.

DJI largement concerné.

Contrairement à l’affaire Huawei, cette alerte n’accuse aucun fabricant en particulier. Cependant, près de 80% des drones utilisés sur le territoire américain sont de marque DJI, dont le siège social est, comme Huawei, à Shenzhen, en Chine. Pour sa défense, DJI déclare que « la sécurité de notre technologie a été vérifiée de manière indépendante par le gouvernement américain et les leaders du marché américain. » La société ajoute qu’elle permet à ses clients de gérer complètement la manière dont leurs données sont collectées, stockées, et transmises. En plus de toutes ces garanties, DJI fait l’effort de fournir aux cours d’opérations gouvernementales, des drones sans transfert de données à son entreprise.

Comme évoqué plus haut, la Cybersecurity and Infrastructure Security Agency (CISA) a lancé cette alerte en plein conflit entre Huawei et les États-Unis. Jusqu’à présent, rien ne prouve que Huawei a espionné quoi que ce soit, pour les fabricants de drones chinois c’est pareil, le gouvernement américain n’a aucune preuve de ce qu’il avance. Voyons si comme Ren Zhengfei, DJI et les autres entreprises du secteur vont répondre à cette annonce.

Send this to a friend