L’escalade dans la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis, continue. Il semblerait que Google n’ait pas eu d’autre choix que de s’aligner avec la volonté des États-Unis. En effet, suite à l’annonce du décret d’urgence nationale et au bannissement de Huawei, le géant américain, Google, retire la licence Android à la société technologique chinoise. Concrètement, cela va obliger Huawei à n’utiliser que l’Android Open Source Project. Une décision dramatique pour Huawei qui se retrouve coincée par ses partenaires américains.

Un porte-parole de Google précise que : “nous nous conformons à la volonté du gouvernement américain. L’ordre, en l’occurrence, semble être la décision récente du Ministère du Commerce américain d’inscrire Huawei sur une liste rouge. Celle-ci fait mention des entreprises qui ne sont plus en mesure de travailler avec les sociétés technologiques américaines, sans l’approbation du gouvernement”.

Le géant américain tient à rassurer les utilisateurs de smartphones Huawei, Google Pay et les mesures de sécurité à propos de ce service, continuera de fonctionner sur leurs appareils. En revanche, l’avenir des mises à jour de ces appareils est plus incertain. Huawei devra attendre qu’elles soient disponibles sur l’Android Open Source Project, pour les proposer à ses utilisateurs.

Le décret signé par Trump n’aurait pas changé grand-chose aux États-Unis, si les entreprises américaines avaient décidé de ne pas s’aligner derrière le gouvernement. Aujourd’hui, les relations commerciales avec la Chine vont s’accroître et les États-Unis doivent s’attendre à des représailles de la part du gouvernement chinois. On peut deviner que la réaction de l’Empire du Milieu va être terrible. Ce décret d’urgence nationale pourrait coûter quelques milliards de frais de douane supplémentaire à Trump.