En août dernier, Stratolaunch annonçait vouloir développer ses propres fusées et sa navette spatiale. L'entrée d'un acteur de taille dans la conquête spatiale. C'est Paul Allen, co-fondateur de Microsoft et récemment décédé, qui avait l'ambition de faire de l'ombre à SpaceX. Stratolaunch a récemment déclaré dans un billet qu'un composant des moteurs de ses fusées à hydrogène a été testé avec succès.

La société a mis le pré-brûleur à feu le 9 novembre dernier au Stennis Space Center de la NASA dans le Mississippi. L'entreprise tient ses promesses pour le développement de ses fusées en respectant les délais annoncés. En revanche, nous attendons toujours l'avion qui doit permettre le décollage des fusées. 

On se souvient du lancement de Stratolaunch en 2011 par le co-fondateur de Microsoft, Paul Allen l'ingénieur aérospatial et entrepreneur Burt Rutan dont l'objectif est toujours d'offrir un accès simple et peu coûteux à l'espace. Nous n'en sommes pas encore là, mais la société y travaille chaque jour. Les premières fusées pourraient servir dans un premier temps à des missions de fret plutôt qu'à des voyages habités. Le premier engin Stratolaunch devrait décoller en 2022.

Lorsque l'avion de la société sera prêt à prendre son envol, il pourra également servir au lancement d'un satellite développé par la NASA. Ce projet du nom de ICON (Ionospheric Connection Explorer) prend un certain retard et l'arrivée de l'avion de Stratolaunch sera donc la bienvenue. L'ICON est conçu pour suivre la frontière entre l'atmosphère terrestre et l'espace.

Le moteur testé avec succès par la société se prénomme PGA (Paul G. Allen). Stratolaunch précise que son moteur PGA utilisera de l'oxygène liquide et des propulseurs à hydrogène liquide avec une combustion étagée riche en carburant. Sa poussée sera de 200 000 livres-force, d'après Space News.