Toujours dans l’effort de renforcer le sentiment de sécurité de ses passagers, Uber a fait une annonce concernant le contrôle de ses chauffeurs. Grâce à l’utilisation de service tiers comme Check et Appriss, la société de VTC sera en mesure de vérifier de manière continue leurs antécédents.

Gus Fuldner, Vice Président de la Sécurité chez Uber a confié : «  la sécurité est essentielle pour Uber et nous voulons nous assurer que les conducteurs continuent de répondre à nos normes de façon continue. Cette nouvelle technologie de contrôle continu renforcera notre processus de contrôle et améliorera la sécurité. »

Jusqu’à présent, Uber vérifiait de manière « périodique » les antécédents des chauffeurs. Avec cette nouveauté, l’entreprise obtiendra des mises à jour « en temps réel. » Les personnes condamnées ou accusées de crimes, crimes violents, agressions sexuelles ainsi que les délinquants sexuels ne sont pas autorisés à conduire pour la compagnie américaine.

Ainsi, si une personne présente l’une de ses accusations, elle sera immédiatement retirée de l’application. Ce système est en test depuis plusieurs semaines. Il aurait été déployé auprès d’ « un pourcentage significatif » de chauffeurs outre-Atlantique et aurait déjà permis l’exclusion de 25 chauffeurs. Malgré l’avantage de ce dernier, Uber pourrait rejeter des personnes qui seront finalement jugées innocentes… Mais l’entreprise pourra également intégrer des personnes auparavant interdites de conduite à recommencer à utiliser l’application.

Au Colorado, l’entreprise a été condamnée à régler une amende de 8,9 millions de dollars pour avoir ajouté à sa plateforme des chauffeurs ayant un cahier judiciaire. Par la suite, Uber a fortement été critiqué en raison de la façon de vérifier les antécédents de leurs chauffeurs. Cette annonce fait également suite aux nouveautés ajoutées sur l’application permettant à un passager de noter son trajet à mi-parcours.

Source.