Dans un contexte de débat perpétuel outre-Atlantique au sujet du port d’armes à feu, Facebook a annoncé interdire la diffusion de publicités d’accessoires d’armes à feu sur sa plateforme, à destination des mineurs. Le réseau social de Mark Zuckerberg interdisait déjà la promotion des armes sur son réseau aux mineurs. Il était en revanche encore possible d’émettre des messages publicitaires pour promouvoir gilets pare-balles ou autres accessoires. Simple coup de communication ou véritable volonté de Facebook de s’inscrire dans la lutte anti-armes ?

Facebook

Comme on peut le voir inscrit sur le règlement relatif aux publicités du réseau social, dès le 21 juin, les jeunes utilisateurs de Facebook aux États-Unis seront proscrits du ciblage d’audience des annonceurs souhaitant promouvoir tout objet relevant de l’utilisation d’armes à feu, munitions ou autres explosifs. Ceux-ci pourront néanmoins encore être diffusés sur les timeline des utilisateurs de Facebook non-mineurs. Autrement dit, le combat est loin d’être gagné pour les défenseurs de l’interdiction du port d’arme aux Etats-Unis.

Depuis le début de l’année 2018, l’état présidé par Donald Trump a été le théâtre de pas moins de 17 attaques meurtrières dans ses écoles. 29 personnes ont péri au cours de celles-ci. Partagé entre partisans du port des armes (sous l’influence majeur de la National Rifle Association (NRA), un important lobby pro-armes à feu aux USA) et militants luttant contre celui-ci (incarnés par la jeune Emma Gonzales, figure de la “March For Our Lives”), le peuple américain voit ce débat s’étendre jusque dans la politique de diffusion des publicités sur les réseaux sociaux.