En octobre dernier, trois personnes ont reconnu avoir volé plus d’un million de dollars de produits sur Amazon. Comment ? En profitant tout simplement de la politique de retour de l’entreprise qui ne nécessite pas le renvoi d’un article pour un remplacement. Le couple s’amusait en commandant des produits électroniques comme des GoPro ou des Xbox, puis les déclarait cassés ou endommagés. Amazon leur renvoyait ainsi un second produit gratuitement ! Le couple originaire de l’Indiana, Erin et Leah Finan vendaient leurs appareils à un tiers : Danijel Glumac, à un prix inférieur au marché. Ensuite, ce dernier revendait les produits à une entreprise new-yorkaise en réalisant un joli profit. Un système bien rodé, mais qui a des conséquences.

Le 4 juin dernier, la juge Tany Pratt a condamné Erin et Leah à 71 et 68 mois de prison respectifs, Glumac, lui, a écopé de 24 mois. Dans un communiqué, l’avocat Josh Minkler a expliqué : « la fraude à la consommation enrichit injustement l’auteur, elle nous oblige tous à payer des prix plus élevés. Pour ceux qui cherchent à exploiter la facilité des achats en ligne par la fraude, rappelez-vous ce cas. Vous serez pris. Vous serez poursuivi. Et vous irez en prison pour un certain temps ». En plus de la prison, ils devront rembourser 1 218 504 dollars, soit la somme correspondant aux 2700 appareils volés à Amazon, ça pique !

À la suite de cette affaire, Amazon a pris la décision de punir les clients qui retournent trop d’articles. Ainsi, depuis mars, plusieurs centaines de clients ayant abusé de la politique de retour de l’entreprise ont été bannis de la plateforme. Une décision logique lorsqu’on sait que la fraude coûterait près de 17 milliards de dollars par an aux détaillants américains.