Aujourd’hui, la CNIL a mis Direct Energie en demeure, l’accusant de collecter les données personnelles des utilisateurs d’une façon inadéquate à la loi. Le compteur Linky est en ligne de mire.

Cela fait plusieurs mois qu’une polémique englobe l’installation des compteurs d’électricité baptisés Linky. Avec plus de 7 millions de compteurs installés en France à la fin de l’année dernière, l’entreprise souhaiterait équiper toute la France d’ici 2021. Néanmoins, beaucoup d’opposants s’inquiètent du traitement des données personnelles, mais aussi de questions liées à la santé. Pour transmettre les données, le compteur émet des radiofréquences de 75 kilohertz, une classification qui pourrait être dangereuse, voire possiblement cancérogène. Cependant, ce n’est pas sur ce point que Direct Energie a été épinglé ce jour, mais bien pour sa mauvaise gestion du consentement des utilisateurs. Selon la CNIL, la société fait preuve de plusieurs manquements lorsqu’il s’agit d’informer le consommateur sur ses données personnelles.

Dans la même catégorie

De fait, la mise en demeure vise clairement une « absence de consentement à la collecte des données de consommation issues du compteur communicant Linky ». Ainsi, ce fameux consentement ne pourrait pas être « libre, éclairé et spécifique », et c’est justement là tout le problème. Plus spécifiquement, les documents que les consommateurs doivent signer ne seraient pas conformes à la loi selon la CNIL.

Malgré le fait que Enedis, l’entreprise qui installe les compteurs, semble préciser aux clients que leurs données sont collectées afin d’analyser leur consommation et d’optimiser le réseau électrique, peu de consommateurs sont informés de la nécessité de leur consentement. Les documents ne précisent pas non plus à quelle fréquence les données sont collectées. Pour rappel, une collecte a lieu toutes les demi-heures.

Par conséquent, Direct Energie a maintenant trois mois pour se conformer à la loi. Si l’entreprise ne se plie pas à la mise en demeure, elle risque des sanctions jusqu’ici encore méconnues.

Source.