Il y a quelques mois, des développeurs remettaient au goût du jour le célèbre clip Take on Me de A-Ha, dans lequel se confondaient les traits de crayon que l’on retrouve dans la bande-dessinée et la réalité, pour nous raconter une histoire. Le studio Trixi a utilisé la réalité augmentée et le framework ARKit (crée par Apple) afin de proposer une nouvelle expérience, beaucoup plus interactive. Quelques mois avant Take On Me, c’est Gorillaz qui avait remodelé son titre Saturnz Barz en utilisant la réalité virtuelle. Peu à peu, les domaines de l’ordre de l’artistique tels que la musique s’approprient les nouveaux codes des évolutions technologiques et les exploitent, souvent avec brio. C’est le cas du groupe LCD Soundsystem, qui a pris en main la VR pour faire de son single Dance Tonite un clip interactif.

Mis en place par Google, le single en question et son expérience VR font partis de l’album American Dream, dont la sortie est prévue pour le 1er septembre. L’expérience proposée par LCD Soundsystem a pour élément central la danse, danse que chacun peut créer et partager par la suite. Le clip représente différentes pièces de formes cubiques, dans lesquelles nous circulons en même temps qu’une caméra symbolisée par un point de couleur qui se déplace. Dans chaque pièce, des cônes et des bâtonnets qui représentent la tête et les bras de chacun des danseurs. Et chacun des mouvements des cônes et des bâtonnets correspondent aux mouvements réels des personnes en train de danser. L’environnement minimaliste et très coloré suffit largement à entrer dans l’univers du groupe et l’air musical. L’expérience et le single sont disponibles ici, et le clip en ligne a été réalisé par des fans, invités spécialement pour l’occasion. Selon les mots de James Murphy, leader de LCD Soundsystem, « Vous êtes à la fois le spectateur de cette salle et le gars de la salle suivante ». Le créateur du clip Jonathan Puckey explique que le clip repose sur une référence à la loop pedal, connue des musiciens, qui permet de réaliser un enregistrement qui se reproduit jusqu’à la fin de la chanson.

Au sujet de l’expérience VR, James Murphy a déclaré avoir été sceptique au début : « Je pensais que ce n’était pas mon truc. Quand on m’en a parlé, j’étais du genre ‘mouais…’, mais en fait, j’ai vraiment aimé ça ! ». Il a terminé sa réflexion par une métaphore sur la plage qui colle très bien à la saison, « Au début, on dit ‘Je ne veux pas y aller’, mais au fil de la journée, on nage, on se balade, on s’évade… Au final, on passe une super journée. »

Source : The Verge

A propos de l'auteur

Content Manager à Siècle Digital. J'aime écrire et surfer.

Send this to a friend