À force de se faire tancer par ces rivaux soit on riposte, soit on abandonne. Quand on connait le parcours de Steve Jobs on sait que l’abandon n’est pas dans l’ADN de Apple. Même orpheline de son créateur, la marque à la pomme poursuit cette philosophie. Après le succès de Amazon Echo et Google Home, Apple compte bien se faire une place au soleil avec HomePod, son haut-parleur connecté équipé de Siri.

Là où Amazon Echo se positionne comme un support de consommation pour la plateforme Amazon, Google Home qui se voit en assistant de vie domestique complet, Apple positionne sa tourelle comme une expérience musicale haut de gamme et met en avant une qualité de son largement supérieure à celle d’Echo ou de Google Home. En effet, lors de la keynote d’ouverture de sa conférence développeur d’hier (WWDC), la firme à la pomme n’a pas fait d’annonces fracassantes (mise à jour de Apple TV avec la disponibilité d’Amazon Prime Video) et a fait languir ses spectateurs jusqu’à la fin pour annoncer le lancement d’une enceinte intelligente : HomePod.

Bon, franchement ce n’est pas l’invention de la roue ou de l’Ipod, mais il fallait que Tim Cook et ses consorts se positionnent sur la domotique, question de fierté. Après avoir vu Siri se faire supplanter par Alexa et Google Assistant. Après avoir participé depuis le bord du ring au combat entre le géant du e-commerce et Google pour conquérir nos salons, Apple chausse les gants. HomePod a pour vocation première la musique, armé de ses 40 millions de morceaux disponibles sur iTunes, elle veut reléguer Echo au rang de majordome qui fait les courses et Sonos, les enceintes sans fil, à un vestige du passé.

Sept haut-parleurs destinés aux sons aigus, un subwoofer massif pour les basses, six micros intégrés pour permettre à HomePod de détecter la configuration d’une pièce et d’adapter le son en conséquence. Un combo gauche-droite-uppercut. De plus, si deux HomePod sont dans la même pièce il s’accordent pour fonctionner de manière complémentaire et la mise à jour Airplay 2 permet de contrôler des enceintes dans différentes pièces de la maison depuis un iPhone ou un iPad. En sport de combat comme dans la tech le maître mot est la mobilité.

Pour finir, HomePod est un taiseux qui n’a pas les oreilles qui traînent de partout, ses six micros permettent d’entendre une commande vocale et n’enregistrent aucun son tant que « Hey Siri » n’a pas été prononcé a tenu à précisé Tim Cook, contrairement à ses challengers qui ne font pas qu’écouter leurs coach…

Quant à Siri, il y a de nouvelles fonctionnalités comme de nouvelles voix et la possibilité de traduire du texte de l’anglais vers le chinois, le français, l’allemand, l’italien et l’espagnol. Surtout désormais, Siri peut échanger avec HomeKit et des applications tierces. De quoi envoyer dans les cordes ses challengers ?

HomePod sera disponible à partir du mois de décembre aux USA, au Royaume-Uni et en Australie avec un prix de lancement de 349 dollars.

Après avoir encaissé les coups d’Amazon et Google, la riposte de Apple sera-t-elle gagnante ?

Source.

A propos de l'auteur

Big Mac et langue française, furax en charentaises. Dans mes petits chaussons quand il s' agit de contradiction.

Send this to a friend