L’intégration des chatbots par les grandes plateformes sociales et collaboratives (Messenger, Skype, Slack…) en 2016 a fait connaître au grand public ces nouveaux assistants conversationnels. Son potentiel marketing apparaît donc aux marques qui voit là le moyen de court-circuiter les applications mobiles par la compréhension automatique du langage. Mais le sujet de cet article concerne un projet personnel : le Sommelier du Parfum.

Initié et développé par Samuel Fillon, ce chatbot est destiné au marché mature du Parfum. Ce dernier innove assez peu, ne serait-ce qu’en terme de produit. L’assistant conversationnel le Sommelier du Parfum est destiné à rendre un service aux utilisateurs. Ce dernier a d’ailleurs reçu le prix Beauté Connecté du concours Start in Cosmetics à la Cosmetic Valley en 2016. Le développeur du chatbot explique son choix de s’attaquer au marché du parfum :

Le parfum est un marché hyper mature en perte d’élan et qui innove peu ce qui en a fait un marché intéressant pour essayer d’y appliquer des technos nouvelles. Mon angle d’attaque, c’est les systèmes de recommandations et mon objectif, de dissiper la fumée autour des campagnes marketing des grandes marques. Les parfums, je les mets tous au même plan, du dernier lancement à 50 millions, au parfum de niche sans budget marketing. Seule la composition importe et les avis d’utilisateurs en ligne. Par la suite, Sommelier du Parfum a vocation à s’étendre à un site plus complet, qui permettra de satisfaire les envies des passionnés de parfum, forcément frustré par le chatbot, plus orienté mass market.

Le chatbot se base sur différents critères : cadeau à offrir (homme ou femme) ou achat pour soi-même. L’assistant demande par la suite quel parfum on utilise actuellement, puis quelles sont les odeurs qui nous plaisent (épicés, boisées…) :

Enfin, entre en compte les critères d’achat : longévité, prix, etc… C’est alors qu’une sélection de parfums nous est recommandée. Nous pouvons alors avoir plus d’informations sur chacun d’eux, la fonctionnalité appréciée du store locator et enfin la fonction classique de partage.

On ne doute pas que ce type d’assistant conversationnel conviendrait parfaitement à des enseignes comme Sephora ou Marionnaud ! Le chatbot a l’avantage de ne pas “casser” la relation humaine, mais au contraire d’humaniser un marché extrêmement marketé de manière traditionnelle (campagne TV, presse, affichage…).

Avec une prise de recul, le développeur est conscient de la limite actuelle des assistants conversationnels :

Toutefois, les chatbots n’ont pas encore réussi à montrer leur vrai potentiel, faute d’expérience des développeurs sans doute et faute de compréhension fine des besoins des utilisateurs souvent. Car là où la hiérarchie de l’information apparaît de façon évidente sur un site web, permettant à chaque type d’utilisateur de s’y retrouver, la création d’un chatbot pose des problèmes d’UX nouveaux et complexes.

Pour tester le chatbot Messenger : le Sommelier du Parfum.

Ndlr : Samuel Fillon a commencé ce projet pendant ces études à l’Université de Tokyo en Master à l’école des Ponts et Chaussées.