Criteo, le champion français de l’adtech, a officialisé des négociations exclusives pour le rachat du groupe britannique Iponweb. L’opération est estimée à 380 millions de dollars, il s’agirait de la plus grosse opération menée depuis la naissance de Criteo, en 2005.

Criteo doit évoluer ou disparaître

Avec cette décision, Criteo poursuit sa stratégie de diversification. L’entreprise est spécialisée dans la collecte de cookies tiers, utilisés pour suivre les utilisateurs d’un site à l’autre pour adapter les publicités inspirées de son historique. Problème, Apple a déjà décidé de mettre fin cette technique légèrement invasive au nom de la confidentialité de ses clients et Google se prépare à faire de même.

Cette nouvelle, plus la pandémie, a valu l’année dernière à Criteo quelques sueurs froides devant les cours du Nasdaq, à New York, où elle est cotée depuis 2013. Megan Clarken, directrice générale de l’entreprise a déclaré dans un communiqué qu'il « s'agit d'un moment décisif dans la transformation de Criteo pour favoriser une croissance durable et une diversification des revenus, en créant de la valeur pour toutes les parties prenantes dès le premier jour ».

Iponweb propose des outils pour aider annonceurs et agences à cibler leurs campagnes et centraliser leurs opérations publicitaires, des services de publicité programmatique, etc. Elle doit renforcer le passage de Criteo du recyclage publicitaire à la publicité sur les plateformes d’e-commerce.

Un secteur en pleine concentration

L’entreprise française avait déjà commencé à élargir ses activités avec son dernier rachat majeur : en 2016 la place de marché de marché pour vendre des publicités HookLogic a été acquise pour 250 millions de dollars. Un point qu’elle partage avec plusieurs entreprises d’un secteur en pleine phase de concentration.

De façon générale Criteo se porte bien, la société a su se remettre des peurs de 2020. Elle affiche en 2021 un cours en bourse en croissance de 120%, rapporte Les Échos, portée par l’augmentation de l’e-commerce avec la crise Covid. L’acquisition d’Iponweb et de ses 400 salariés devrait aboutir au premier trimestre 2022, si toutes les autorisations requises sont obtenues.