Dans une étude publiée dans le revue Scientific Reports le 9 juillet 2020, des chercheurs de l’université technologique de Nanyang à Singapour ont décrit un nouveau dispositif destiné à réduire le bruit venu de l’extérieur tout en gardant sa fenêtre ouverte. Une invention particulièrement prometteuse alors que la vie urbaine devient plus difficile.

Le bruit urbain est mauvais pour la santé

En effet, les habitants des grandes villes souffrent de plus en plus de la chaleur estivale à cause du réchauffement climatique et il est parfois difficile de garder sa fenêtre ouverte en milieu urbain afin d’obtenir un peu de fraîcheur. Comme le décrit l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), le bruit possède des effets néfastes sur la santé mentale et il est « capable d’influencer une partie des activités inconscientes de l’organisme (rythme cardiaque, respiration, digestion) de jour comme de nuit ».

Le prototype mis au point par les chercheurs prend ainsi tout son sens : il est capable de réduire les sons urbains de moitié grâce à une technologie similaire à celle exploitée par les écouteurs à réduction de bruit comme les AirPods Pro d’Apple. Le professeur Gan Woon Seng, auteur principale de l’étude, explique :

« Par rapport aux casques à réduction de bruit, ce que nous avons réalisé est bien plus difficile sur le plan technique, car nous devions contrôler le bruit dans une grande zone ouverte, plutôt qu’autour de l’oreille uniquement ».

Les chercheurs espèrent la commercialisation de leur dispositif

Pour parvenir à un tel résultat, les scientifiques ont installé 24 haut-parleurs de 4,5 cm sur les grilles de sécurité d’une fenêtre typique de Singapour. Ils ont ensuite programmé ces derniers pour qu’ils émettent un son exactement à la même fréquence que ceux venus de dehors et analysés grâce à un capteur. Les chercheurs ont ainsi reproduit des bruits de circulations routière, ferroviaire et aérienne, et ont remarqué que leur dispositif pouvait réduire le son de près de 50 % pour les fréquences allant de 300 à 1 000 Hz.

Désormais, ils souhaitent améliorer leur technologie afin de la rendre moins envahissante, notamment en réduisant la taille des haut-parleurs, ainsi que moins coûteuse à produire. Ils espèrent par ailleurs qu’elle pourra à l’avenir être commercialisée directement avec les grilles de fenêtres.