Au Sénégal, les mesures prises pour endiguer la propagation du coronavirus boostent les entreprises de livraison telles que Club Kossam à Dakar, dont les ventes ont doublé depuis le début de la pandémie.

Les mesures contre le coronavirus favorisent le recours à la livraison

Alors que le Covid-19 frappe le monde et bouleverse le comportement des consommateurs, les pays africains s’en sortent bien pour le moment, à l’image du Sénégal qui compte 2 544 cas confirmés et 26 décès seulement. Afin de maîtriser le virus, les autorités ont imposé un couvre-feu, limiter les transports publics et surtout, et ont demandé la fermeture des marchés en plein air, solution encore très prisée par la population sénégalaise pour s’approvisionner en nourriture.

Dans la même catégorie

Résultat : les habitants de Dakar ont changé leurs habitudes en commandant ces produits en ligne, profitant largement à un marché en train de se frayer un chemin en Afrique. Club Kossam, entreprise spécialisée dans la livraison de produits frais, a ainsi ajouté les fruits et légumes à son offre qui contenait déjà des produits laitiers. Cela lui a permis de doubler ses ventes mensuelles et la firme livre désormais près de 1 300 foyers dans la capitale sénégalaise chaque semaine.

Alors que son revenu mensuel moyen est de 30 millions de Francs CFA, l’entreprise a touché 62 millions de Francs CFA au mois d’avril. En revanche, sa société mère La Laiterie du Berger ainsi que ses fournisseurs locaux ont été durement touchés par la crise engendrée par le virus.

Les habitudes changent sur le continent

Comme l’explique Lucien Diedhiou, manager de Club Kossam, les habitudes sont en train de changer en Afrique, favorisant le développement des entreprises de livraison :

« Il y a une nouvelle génération qui change les habitudes. Les hommes et les femmes travaillent maintenant, je suis donc convaincu que les Sénégalais resteront intéressés par nos services ».

Par ailleurs, les géants du Web et de la tech portent un intérêt toujours plus poussé à l’Afrique. Alors qu’Amazon vient d’ouvrir un data center en Afrique du Sud, Facebook prévoit de construire un immense câble sous-marin de fibre optique pour que le continent ait accès à un meilleur réseau Internet.