Au Japon, la filiale de Microsoft a expérimenté une semaine de 4 jours auprès de ses 2 300 employés au mois d’août. Cette expérimentation s’est révélée particulièrement efficace. En effet, la productivité des travailleurs a augmenté de 40% durant cette période.

Baptisé “Work Life Choice Challenge”, cet essai avait pour but de promouvoir un meilleur équilibre entre la vie privée et la vie professionnelle. Pendant tout le mois d’août, les employés de Microsoft au Japon ne travaillaient pas le vendredi, en plus du samedi et du dimanche. On pourrait croire qu’une semaine de 4 jours aurait un impact négatif sur la productivité des employés, mais c’est bel et bien le contraire qui s’est passé.

Travailler moins pour produire plus

En effet, les résultats de cette expérimentation sont impressionnants. Comme l’explique Microsoft, sa productivité, mesurée par rapport au nombre de ventes par employé, a augmenté de 39,9% sur cette période par rapport au mois d’août 2018.

En plus du jour de congé supplémentaire, l’entreprise a également réduit le temps des réunions à 30 minutes et cinq participants maximum, et encouragé les vidéoconférences. Il s’agit d’un pari gagnant puisque la consommation d’électricité dans les locaux de la firme a baissé de 23,1%. Il en est de même pour l’utilisation du papier qui a chuté de 58,7%. En outre, les employés pouvaient participer à des programmes de développement personnel et de bien-être familial.

Un problème de société

Les retours des employés ont été on ne peut plus positif, puisque 92,1% d’entre eux ont affirmé que le week-end de 3 jours leur plaisait.

Ce n’est pas pour rien si Microsoft a effectué cette expérimentation au Japon. Les heures de travail y sont si élevées qu’il s’agit désormais d’un problème de société. Ainsi, le terme “Karōshi” désigne le fait de mourir par épuisement au travail. Comme le souligne CNBC, au moins un quart des entreprises nippones exigent à leurs employés d’effectuer plus de 80 heures supplémentaires par mois.

Un système gagnant ?

D’ailleurs, ce n’est pas la première fois qu’une entreprise fait une telle expérimentation et obtient des résultats positifs. En Nouvelle-Zélande par exemple, la société Perpetual Guardian a mis en place une semaine de 4 jours pendant deux mois en 2018, et a remarqué un gain de productivité considérable de la part de ses employés.

Quant à Microsoft, la firme recommencera son expérimentation cet hiver afin de promouvoir des horaires de travail plus flexibles.