Il n’y pas une journée sans que l’on parle de Facebook. On apprenait récemment qu’un partenaire marketing de confiance de Facebook et Instagram aurait collecté de manière illégale des millions de données d’utilisateurs sur Instagram par exemple. Aujourd’hui l’actualité est différente et concerne une nouveauté pour le réseau social Facebook.
Comme le rapporte le Wall Street Journal, Facebook ferait la cour à plusieurs éditeurs comme The Washington Post ou Bloomberg afin que ces derniers utilisent le nouvel onglet dédié à l’actualité qui sera lancé à l’automne prochain.

Facebook paie les médias et apporte du trafic

L’année dernière, le réseau social de Mark Zuckerberg a lancé “Today In”, un agrégateur d’actualités locales, permettant à l’entreprise de renforcer son impact en tant que média. Même si le réseau a du mal à faire face aux fakes news, Facebook veut aller plus loin dans l’actualité et être maître de la vérité, afin de fournir des “actualités dignes de confiance.”

On apprend ainsi que le réseau social serait prêt à payer un éditeur jusqu’à 3 millions de dollars afin que ce dernier signe un accord de trois ans avec la plateforme. Les entreprises comme ABC News ou encore Bloomberg utiliseraient ce nouvel onglet pour héberger et/ou publier des extraits d’articles, des articles longs ou encore tout simplement des gros titres. L’idée étant de générer du trafic vers le site de ces derniers.

Facebook a fait évoluer son algorithme en favorisant les contenus originaux et lié aux amis, ce qui a impacté le reach et le trafic des entreprises. On ne sait pas encore si un média a accepté le deal de Facebook, il faudra attendre automne pour voir les médias présents et le fonctionnement de l’onglet.

Mark Zuckerberg avait commencé à parler de ce nouvel onglet en début d’année, lorsqu’Apple avait lancé Apple News+, le Netflix de la presse permettant d’accéder à des centaines de journaux et magazines pour 10 $ par mois.