C’est une grande première aux États-Unis et il semblerait que le pays soit dans une bonne dynamique à propos des libertés individuelles. Effectivement, depuis quelques jours, la police ne peut plus forcer un ressortissant américain à déverrouiller son smartphone. Au-delà de ce jugement rendu en Californie, le gouvernement vient de signer une nouvelle loi qui permet aux concitoyens américains d’avoir une visibilité sur les données publiques de leur pays. Celle-ci a été approuvée par le Sénat et par la Chambre des représentants. Dans les faits, elle exige principalement que les organismes fédéraux publient toutes les informations “non confidentielles” dans un format “lisible sur smartphone”, c’est à dire de tous.

L’Open Government Data Act, c’est le nom de cette nouvelle loi américaine. Désormais, d’où que vous soyez, quelle que soit votre profession, si tant est que vous soyez américain, vous pourrez accéder aux données du gouvernement. C’est dans un objectif de transparence totale que Donald Trump et son gouvernement ont approuvé cette loi. Le président des États-Unis prétend ne rien avoir à cacher à ses concitoyens. Il le prouve en instaurant cette nouvelle loi. Anciennement baptisée “Foundations for Evidence-Based Policymaking Act”, au moment de son acceptation, cette loi prend une nouvelle forme et se voit rebaptiser : “Open Government Data Act”.

Sarah Joy Hays, directrice exécutive par intérim de la Data Coalition et fervente défenseur de cette loi a déclaré cela “la loi gouvernementale transformera la façon dont le gouvernement recueille, publie et utilise l’information publique non confidentielle. L’Open Government Data Act établit une présomption selon laquelle tous les renseignements gouvernementaux doivent être rendus publiques par défaut. Ils doivent également être accessibles et librement réutilisables par tous“.