Le Pew Research Center a récemment mis en lumière dans sa dernière étude la mauvaise qualité d’une grande quantité de vidéos publiées sur YouTube. D’après le média Engadget, l’étude en question révèle que 60% des utilisateurs de YouTube sont confrontés soit à des vidéos diffusant des fake news, à caractère dangereux ou troublant. 4 594 adultes vivant aux États-Unis ont accepté de participer à cette étude dont les résultats sont vraiment négatifs pour le réseau social de la vidéo.

D’après 87% des personnes interrogées, YouTube reste une plateforme importante pour apprendre de nouvelles choses, notamment grâce aux tutoriels. C’est là tout le problème, malheureusement de nombreux contenus publiés ne sont pas de bonne qualité et certains diffusent même de fausses informations.

“Acquérir de nouvelles compétences” : c’est la réponse des personnes âgées de plus de 65 ans lorsqu’on leur demande pourquoi ils passent autant de temps sur YouTube. A priori, c’est une réponse extrêmement positive. Il faut creuser un petit peu pour se rendre compte que 60% des utilisateurs du réseau social déclarent être exposés à des vidéos rapportant de fausses informations ou montrant des faits dangereux ou troublants.

Le problème est de taille quand on sait que pour 53% des personnes interrogées, YouTube est considérée comme une plateforme très utile pour comprendre ce qu’il se passe dans le monde. La diffusion de fausses informations peut donc avoir un impact fort sur les utilisateurs du réseau social. Par exemple, YouTube a récemment essuyé de vives critiques lorsqu’une vidéo faisait la promotion d’une théorie de conspiration au sujet des élèves victimes de la fusillade de masse à l’école secondaire Marjory Stoneman Douglas en Floride.

En réponse à cette étude, YouTube a fourni un “résumé de ses efforts continus pour garder un œil sur les contenus qui violeraient ses conditions“. Lors du premier semestre 2018, plus de 17 millions de vidéos auraient été supprimées par le réseau social. Ce sont les algorithmes de surveillance de YouTube qui permettent de détecter les contenus à risques. À ce propos, YouTube annonçait en juillet dernier investir 25 millions de dollars pour lutter contre les fake news.