C’est une idée intéressante proposée par la société Waymo. Elle consiste à éduquer les premiers secours lors d’un accident sur un véhicule autonome. Le média Engadget explique que les pompiers, les urgences ou les policiers doivent absolument savoir comment ouvrir une porte en toute sécurité ou comment désactiver les voitures autonomes. Les instructions seront disponibles en ligne. C’est primordial que les secours prennent le temps de les lire, pour l’avenir et le bon développement de ces véhicules. Alors que la société vient de dépasser la barre des 16 millions de kilomètres parcourus, elle fait preuve d’un grand sérieux avec nouvelle annonce.

La société d’Alphabet a officiellement publié les lignes directrices à suivre. Dès aujourd’hui, les policiers et les premiers secours peuvent les lire et les mettre en application en cas d’accident sur une voiture autonome. Il y a de vraies différences à prendre en compte : sans pilote humain au volant, il n’y a personne à qui demander les informations du véhicule, la vitesse au moment de l’accident etc. Il y a encore plus important si les passagers sont inconscients. Les secours doivent absolument savoir comment ouvrir la portière en toute sécurité. La société a soumis ses directives au DMV de Californie en mai, et elles sont maintenant en ligne.

En plus des instructions, Waymo a ouvert une ligne d’assistance téléphonique disponible 24/24, gratuitement. Dernière astuce pour connaître les règles de sécurité d’un véhicule autonome : il suffit d’appuyer sur le bouton “Live Help” qui se trouve au plafond du véhicule. Il permettra aux autorités de pouvoir échanger avec un spécialiste qualifié qui aidera à trouver la meilleure solution à la situation en cours.

Sur les véhicules autonomes, il existe la possibilité de désactiver l’alimentation électrique facilement pour permettre l’extinction totale de la voiture. Alexis Georgeson, porte-parole de Waymo, a expliqué que : “la technologie étant nouvelle, une partie de cet engagement implique une étroite collaboration avec les responsables de la sécurité publique et les premiers intervenants. Nous voulons qu’ils comprennent le fonctionnement de nos véhicules et puissent être préparés aux pires situations”.