La NSA crée un groupe pour lutter contre les cyberattaques russes
Cybersécurité

La NSA crée un groupe pour lutter contre les cyberattaques russes

De quoi espérer faire oublier le rôle de la Russie lors des élections

L’entité américaine a confirmé qu’elle allait créer un groupe spécialement destiné à lutter contre les cyberattaques russes.

Le 17 juillet, le Washington Post rapportait dans un article que la National Security Agency (NSA) et l’United States Cyber Command allaient travailler ensemble pour lutter contre les menaces russes. Cette nouvelle collaboration devrait permettre de protéger les élections de mi-mandat qui auront lieu aux États-Unis au mois de novembre. Bien qu’aucune information précise concernant les actions de ce groupe n’ait été rendues publiques, le cybercommandant américain Paul Nakasone a révélé que celui-ci se focaliserait sur les mêmes menaces en lien avec les élections présidentielles de 2016.

Ancien directeur de la NSA et de la CIA, Michael V. Hayden a indiqué : « Nakasone et les responsables des trois autres agences font ce qu’ils peuvent (…) en l’absence d’une approche globale dirigée par le président (…) C’est l’une des plus importantes menaces stratégiques pour la sécurité nationale des États-Unis depuis le 11 septembre 2001 ». Le groupe travaillera conjointement aux côtés du FBI, de la CIA et du Département de la sécurité intérieure.

Pour rappel, un document de la NSA datant de juin 2017 démontrait comment la Russie avait tenté de pirater les élections présidentielles américaines. Pour se faire, celle-ci se serait attaquée à des entreprises privées fournissant des services d’inscriptions électorales et des équipements. Certains pirates informatiques auraient également lancé une attaque de spearphishing (hameçonnage ciblé) contre des responsables électoraux locaux. De cette façon, le document Word contenue en pièce jointe permettait d’ouvrir une backdoor permettant aux hackers d’accéder au poste de l’utilisateur.

Reste à savoir si la création de ce groupe permettra de réduire l’ingérence russe lors des élections de mi-mandat à venir.

Send this to a friend