Cela fait déjà plusieurs années que le métier de journalistes évolue et traverse des crises liées aux nouvelles manières de consommer de l’information. Si l’on regarde l’année 2017, les médias et les journalistes ont dû affronter l’une de leur plus grande crainte, car touchant directement la confiance que peuvent porter leurs lecteurs. On parle bien évidemment de la notion de Fake news. Sujet à de nombreuses polémiques qui ressortent dans la dernière étude de Cision sur : l’état des médias dans le monde.

Fake news et confiance des lecteurs

Ils sont en moyenne 56 % à pointer du doigt le phénomène des fake news comme un problème majeur à régler… La mise en lumière de cette pratique pendant la présidentielle américaine de 2016 a engendré la suspicion auprès des lecteurs quant aux informations. En regardant cette même étude réalisée l’année dernière, 91 % des répondants affirmaient que la confiance entre les lecteurs et les journalistes étaient l’un des principaux enjeux. Aujourd’hui, ils sont 71 % à soutenir les mêmes propos. Si on note une réelle baisse, cela reste une part conséquente et le frein à la croissance des médias. On note un licence de cause à effet entre les fake news et la crise confiance.

Être précis et prêter attention aux faits pour chaque chose que nous entreprenons, éviter les techniques de production qui pourraient déformer la réalité de quelque façon que ce soit. – Extrait d’une réponse d’un journaliste interrogé.

Fait à noter, la France semble « épargnée » par cette crise si l’on se base sur les réponses par pays. On l’a dit plus haut : 71 % pensent que la confiance s’est effritée, cependant en France, la moyenne est de 42 % seulement. De même, les répondants français sont 51 % à estimer que la confiance entre les médias et les lecteurs n’a pas bougé.

Être précis plutôt que d’être premier

Pendant longtemps, les médias ont utilisé le web comme une manière de publier une information concise très rapidement. Cela a créé une course à la publication de sujets parmi les médias traditionnels. Une manière de drainer des visiteurs sur leur site pour combler un business modèle à l’abonnement défaillant. À présent, les journalistes et les rédactions sont 75 % à mettre en avant l’exactitude de l’information plutôt que la primeur.

En regardant les résultats par pays, on remarque que les pays anglo-saxons (et nordiques) ont les moyennes les plus élevées sur ce sujet contrairement à la France (67 %) et l’Allemagne (53 % seulement). On cite encore le cas des fake news pendant la présidentielle américaine de 2016, mais les médias anglo-saxons ont fortement été impactés par la crise.

Sur Siècle Digital, nous pensions également la même chose (publication avant la précision) jusqu’à se rendre compte qu’un sujet peut être traité plusieurs jours après si ce dernier est enrichi d’une quelconque manière.

Quels regards sur la transformation digitale des rédactions ?

En janvier, nous avions remarqué à travers une étude, sur les tendances du journalisme et des réseaux sociaux, que le métier de journaliste intégrait complètement les réseaux sociaux au sein de leurs activités comme la veille et la publication. Un des insights de l’étude « État des médias dans le monde » face à la transformation digitale pointe l’impact des algorithmes sur leur métier. Ils sont plusieurs à noter que le récent changement au sein de Facebook a eu des répercussions directes sur les informations. Pas plus tard que la semaine dernière, la filiale française de BuzzFeed annonçait sa fermeture du bureau parisien suite au changement d’algorithme.

Autre point lié à la technologie, le sentiment que l’intelligence artificielle (IA) et ses applications connexes vont avoir une incidence sur le métier de journalisme. Un fait nouveau qui est lié aux nombreux relais médiatiques sur telle ou telle IA et encore ses applications (notamment les enceintes connectées de Google et Amazon).

L’étude est conclue avec pertinence sur les enjeux et les besoins des relations presse au sein des médias. La collaboration transparente et pertinente entre les journalistes soucieux d’une information précise et la connaissance des marchés auxquels sont rattachés les RP ne peuvent conclure que sur un retour à la confiance auprès des lecteurs et une information qualitative. Pour compléter l’article, vous pouvez…

TÉLÉCHARGER L’ÉTUDE CISION

Méthodologie de l’étude : réalisée entre le 1er et le 28 février 2018. Les questionnaires ont été envoyés aux membres de la base de données de Cision, approuvés par l’équipe de recherches médias en tant que professionnels des médias. L’étude a été réalisée auprès de 1 355 répondants.

Send this to a friend