Science Technologie

En Suède, l’implant électronique séduit des milliers de personnes

Un système qui pourrait bien rendre le porte-monnaie obsolète.

Un implant électronique sous la peau pour remplacer vos clés, votre carte d’identité ou encore vos billets de train… Vous n’êtes pas dans un film de science-fiction mais en Suède. Ils sont des milliers de suédois équipés d’une de ces technologies, dans le simple but de se faciliter la vie.

De la taille d’un grain de riz, ces petites puces fonctionnent lorsque leur propriétaire pose la main sur un lecteur NFC (Near Field Communication). Selon l’Agence France Presse (AFP), en Suède environ 3 000 personnes bénéficient de ce type de technologie, arrivée sur le marché en 2015.

La pose de l’implant est aussi simple et rapide qu’un piercing. En quelques secondes, à l’aide d’une seringue, la puce électronique est insérée sous la peau. Des « implant party », sont régulièrement organisées dans le pays pour permettre aux suédois de s’équiper de ces puces.

Dans ce pays, où le problème du partage des données personnelles n’est pas aussi polémique qu’en France, la question ne fait quasiment pas débat. Interviewée par l’AFP, Ulrika Celsing, fait partie des 3 000 détenteurs d’implants électroniques. Pour elle, aucune raison d’avoir peur, « la technologie n’en est pas encore arrivée au point où on peut pirater votre puce. (…) à l’avenir, peut-être faudra-t-il y réfléchir. Je peux toujours l’enlever…» Les spécialistes ne sont pas tous du même avis. Outre le risque d’infection que peut constituer le port de ces micro-puces sous-cutanées, ils s’inquiètent du danger de rassembler autant d’informations dans un même endroit.

Pas sûr de voir prochainement ce genre de phénomène s’implanter en France. Car, même si se faire poser un implant électronique est possible, l’utiliser risque d’être difficile puisqu’aucun système n’est compatible avec ce genre de technologie.

Send this to a friend